BELGIQUE -

Remplacement des F-16 : la confidentialité sera de mise

Remplacement des F-16 : la confidentialité sera de mise

A ce stade, il n’est pas encore question d’exclure certaines offres. BELGA

L’opposition a réclamé mercredi la transparence dans le long processus qui doit mener au renouvellement des avions de chasse F-16 de la Défense belge. Les militaires entendus en Commission de la Chambre ont toutefois rappelé la confidentialité à laquelle ils se sont engagés envers les 5 agences étatiques soumissionnaires.

Les premiers F-16 arriveront en fin de vie en 2023 après avoir accompli 8.000 heures de vol. Le conseil des ministres désignera leurs remplaçants à la mi-2018 afin de disposer des 4 à 5 ans nécessaires à la livraison des avions.

Le processus est actuellement dans une phase préparatoire dite d’exploration. Les 5 agences retenues ont répondu à un questionnaire que leur a adressé la Défense dans lequel ils doivent expliquer leur façon de concevoir la future chasse aérienne belge, en indiquant notamment, de manière théorique, le nombre d’avions nécessaires et le prix envisagé sur la base de certains critères. Les dernières réponses ont été transmises en décembre.

A ce stade, il n’est pas encore question d’exclure certaines offres. La phase préparatoire doit permettre de préparer la phase programmation sur la base de la vision à long terme de la Défense que fournira le ministre Steven Vandeput, avant d’ouvrir une phase de négociation avec un candidat.

Le ministre a fourni aux parlementaires le questionnaire. Il a insisté sur le souci de transparence qui l’animait dans ce dossier et qui ne fut pas toujours de mise dans le passé.

«Je vais faire en sorte qu’il y ait un maximum de transparence», a-t-il assuré.

La confidentialité sera toutefois de mise, à entendre les explications des militaires en charge du dossier, et ce à la demande des 5 agences soumissionnaires.

Celles-ci ont réclamé une «confidentialité stricte». «Nous leur avons promis que nous nous y tiendrions scrupuleusement», a expliqué le colonel-aviateur Harold Van Pee.

L’opposition veut de la transparence

Au vu de l’ampleur de l’investissement -de plusieurs milliards d’euros-, l’opposition a exigé la transparence, singulièrement dans les rangs des socialistes flamands, des écologistes et des communistes.

Plusieurs députés ont exigé que les réponses des 5 agences soient transmises aux parlementaires. Dirk Van der Maelen (sp.a) a mis en garde le ministre contre certains membres de la hiérarchie militaire qui pourraient tenter d’influencer en douce le processus en faveur d’un candidat.

«Vous devez faire en sorte que ce soient les politiques qui prennent la décision et non quelques généraux malins», a-t-il lancé.