GRÈVE NATIONALE

La culture aussi manifeste: «C’est pas en fermant des musées qu’on créera de la richesse»

La culture aussi manifeste: «C’est pas en fermant des musées qu’on créera de la richesse»

Pour ces manifestants, le statut social des travailleurs de la culture reste un chantier.

Les représentants du secteur culturel ont choisi Bozar comme symbole de leurs revendications. Ils s’inquiètent de mesures qui, sous couvert de «bonne gestion», étranglent musées, théâtres et musique.

+ Suivez l’évolution de la situation à Bruxelles

Un petit groupe de manifestants est rassemblé devant Bozar ce lundi 15 décembre. Le symbole est fort: ils ont choisi le lieu, emblématique, pour attirer l’attention sur le régime sec auquel le gouvernement destine le secteur culturel. Musées, orchestres, théâtres, artistes: tous sont touchés.

«Le monde de la culture représente un gisement d’emplois très important. Les chiffres sont formels: en parts du PIB, il produit davantage que certains secteurs industriels. Comme l’agriculture, par exemple. Mais on n’en parle pas: question de lobby», déplore Dan Lecocq, représentant CGSP pour le secteur culturel. «Or, les mesures du Gouvernement De Wever - Michel sabrent dans les frais de fonctionnement. Et le premier poste touché par ces économies, ça sera le personnel».

«Gestion de la misère»

Pour ces manifestants, le statut social des travailleurs de la culture reste un chantier. Ils demandent d’ailleurs un état des lieux clair de leur secteur. «On ne connait pas le nombre de travailleurs concernés. On connaît juste le nombre de chômeurs bénéficiant du «statut d’artiste»», peste Dan Lecoq. «Nous avons besoin de statistiques fiables».

Dans l’immédiat, les artistes et les travailleurs de la culture déplorent la politique de «gestion de la misère» mise en place au fédéral. «Ce qui est prévu, c’est de creuser les budgets chaque année. Avant, on avait une politique ambitieuse pour Bruxelles, une vision qui imaginait investir et développer le pôle culturel. Mais le nouveau gouvernement sabote ces ambitions».

«Comment gérer quoi que ce soit sans ouvrir les dossiers?»

Dans le viseur: Elke Sleurs, Secrétaire d’Etat (N-VA) en charge des Musées, qui vient d’annoncer qu’elle privilégierait les Beaux-Arts plutôt qu’un nouveau musée bruxellois en bord de canal. Et qu’elle prévoyait de fermer le Musée Fin-de-Siècle. «Elle donne des leçons de bonne gestion mais Madame Sleurs n’a même pas encore rencontré les directeurs de ses institutions», ironise Dan Lecoq. «Comment gérer quoi que ce soit sans ouvrir les dossiers?»

Si les syndicats espèrent une ouverture «globale», les représentants du secteur culturel se concertent déjà pour l’après 15 décembre. Leur force de frappe et leur inventivité pourrait marquer les esprits. «Nous avons des tas d’idées. Car ce n’est pas en fermant des musées qu’on attirera des touristes».

Pas bêtes, les artistes savent très bien qu’eux aussi peuvent créer... de la richesse.