NAMUR -

Grève nationale : importante mobilisation en province de Namur

Grève nationale : importante mobilisation en province de Namur

Piquet de grève CSC-Transcom dans le hall de la gare à Namur

Les premiers piquets de grève se mettaient en place lundi matin, jour de grève nationale, un peu partout en province de Namur, d’après plusieurs représentants syndicaux.

Thierry Jacques, secrétaire fédéral CSC Namur-Dinant, se trouvait lundi matin au zoning industriel de Rhisnes où tous les accès étaient bloqués. Il en était de même dans les zonings industriels de Créalys (Namur-ouest), Seilles (Andenne), Malonne, et Naninne.

Les zonings commerciaux de Jemeppe-sur-Sambre, Andenne, Couvin, Mettet, Philippeville, et Florennes étaient ou allaient être fermés.

Concernant les écoles, la mobilisation a pris davantage d’ampleur que lors de la grève du 1er décembre en province de Namur. «Les pouvoirs organisateurs ont pris acte de la grève. Il n’y a ni cours ni examen dans la plupart des écoles. Il n’y a pas de raison de faire du présentéisme», indique Luc Giltay secrétaire régional adjoint FGTB Namur.

La police, les prisons de la province (Namur, Andenne et Dinant) et les hôpitaux publics et privés étaient en service minimum, soit en service du dimanche. Le mouvement était bien suivi dans les services publics comme les communes, les services de la province, et les entreprises comme Electrabel ou Orès, d’après Luc Giltay.

Les différents responsables syndicaux feront le tour des piquets de grève afin de vérifier que tout se passe bien. «Là, je me prépare à aller devant une banque où il y avait eu un peu de grabuge la dernière fois. Nous avons une certaine responsabilité», expliquait-il encore.

D’après les syndicalistes, les piquets de grève devaient être installés plus longtemps que lors de la grève du 1er décembre.