JUSTICE -

Procès Rida : « un acte terroriste », selon le parquet fédéral

Procès Rida : « un acte terroriste », selon le parquet fédéral

«L’accusé a volontairement bouté le feu à un bâtiment», a avancé la procureur. BELGA

La procureur fédéral Paule Somers a requis, ce jeudi, devant la cour d’assises de Bruxelles, la culpabilité de l’accusé pour incendie volontaire avec circonstance aggravante d’homicide entre autres, dans un contexte terroriste.

«L’accusé a déversé cinq litres d’essence et y a mis le feu, dans un endroit où se trouvaient plusieurs personnes», a exposé la procureur.

«Il n’y a pas de doute: il a volontairement bouté le feu à un bâtiment, tout en sachant que des personnes pouvaient s’y trouver et y perdre la vie. Il doit donc être reconnu coupable du fait principal et des circonstances aggravantes qui en découlent, entre autres le décès de l’imam», a-t-elle poursuivi.

«Pour moi, il n’y a pas de doute que cet acte est également un acte terroriste parce que le geste de l’accusé a été motivé par la volonté d’intimider une population ou un régime politique. Il voulait intimider les musulmans chiites, en lien avec les actions du régime syrien, et il a consciemment choisi une cible», a avancé la procureur.

«Mais je ne dis pas qu’il a fait partie d’une organisation terroriste. Il s’est radicalisé seul, a agi seul selon sa propre idéologie, comme l’extrémiste Anders Breivik en Norvège. Et celui qui est en désaccord avec lui devient automatiquement un ennemi», a encore exposé Paule Somers.

Rachid El Boukhari, un Marocain de 35 ans, est accusé d’avoir, le 12 mars 2012, vers 19h00, bouté le feu à la mosquée Rida, située rue Docteur De Meersman à Anderlecht. L’incendie avait provoqué la mort d’un homme, Abdellah Dahdouh, l’imam de cette mosquée chiite.