BRUXELLES

4 nouveaux parkings à Bruxelles? Les verts imaginent trois alternatives

4 nouveaux parkings à Bruxelles? Les verts imaginent trois alternatives

(Illustration ÉdA – J. R.)

Les partis frères Écolo et Groen sont piqués au vif par le plan de mobilité de la Ville de Bruxelles. Alors que Mayeur assure «qu’aucune alternative n’est sur la table», les deux formations d’opposition dégainent 3 mesures innovantes pour la mobilité du Pentagone.

«Il n’y a pour le moment aucun projet alternatif appuyé par une majorité de conseillers communaux». Ces mots sont d’Yvan Mayeur, Bourgmestre (PS) de Bruxelles. Il les a prononcés lors de la séance du 1er décembre au cours de laquelle la Ville, dans la cacophonie, a adopté son plan de mobilité majorité contre opposition. Et refusé le report demandé par le groupe Écolo-Groen du lancement des appels à marché pour les 4 nouveaux parkings prévus.

+ LIRE AUSSI | Les cartes du plan de mobilité

Pourtant, Écolo-Groen était arrivé avec ses propositions «maison». On sait les verts favorables au piétonnier cher à Yvan Mayeur et Els Ampe, échevine (Open VLD) de la Mobilité. Mais dont le plan global, selon les écologistes, se mord la queue car il «cherche à concilier deux visions opposées: réduire l’emprise de la circulation dans le centre et continuer à faciliter le trafic dans le cœur de Bruxelles». D’où trois pistes intéressantes imaginées par Écolo-Groen, que nous exposons ici.
 

Un Airbnb du parking


40 à 50% d’occupation pendant la journée et un taux moyen d’occupation total de 70%: d’après les partis verts, les parkings publics du Pentagone sont largement sous-exploités. D’où leur idée d’un Airbnb du stationnement, du nom de ce site-star qui propose la location de bien immobiliers entre particuliers.

«Dans cette plateforme “Use my parkingspot”, tout le monde pourrait participer mais l’idée est d’abord de se concentrer sur les immeubles de bureaux». Écolo-Groen souligne en effet que «les immeubles de bureaux abritent 37.000 places dans le Pentagone, qui restent vides en soirée et le week-end». L’idée donc: «Si 1% de ces places grimpent sur la plateforme, on obtiendrait un parking de 370 places.

Plus tard, les habitants pourraient s’y mettre». Ce qui, selon l’opposition verte, «augmenterait encore l’offre potentielle de 18.000 places. Sans creuser un trou, sans abattre un arbre, sans dépenser un euro».

Objectons qu’il faudra créer la plateforme puis assurer son intendance, ce qui devrait quand même engendrer un coût de maintenance. Mais sans doute moins exorbitant que le budget de quatre nouveaux parkings souterrains.
 

Des boucles de circulation


Pour contrer ce que d’aucuns appellent le «mini-ring», les Écolo-Groen préfèrent une circulation en «boucles» depuis la Petite Ceinture vers les quartiers. L’idée avait déjà été lancée par l’échevin sortant de la Mobilité Christian Ceux (cdH) en 2012. Cette solution (carte ci-contre) «permet au trafic de destination d’atteindre son but mais décourage le trafic de transit». On sait que ce dernier reste la bête noire des autorités communales, qui craignent un report du trafic Nord-Sud via Rogier-Midi sur l’axe de la rue de Laeken. Et qui testent déjà une version abrégée de leur plan à l’occasion de Plaisirs d’Hiver.

Au centre de cette stratégie en boucle déjà vue ailleurs en Europe: le téléjalonnement. Il indique aux automobilistes les emplacements libres dans les parkings voisins au fur et à mesure de leurs percées dans la ville. «Avec le téléjalonnement, les visiteurs sont orientés depuis la Petite Ceinture vers le parking le plus proche».

Pour développer le système, les verts s’en remettent à une «signalisation intelligente à l’échelle régionale» et insistent sur l’importance des parkings de dissuasion en entrée de ville.
 

Terminus: Porte de Ninove


Alors que le plan de mobilité prévoit de modifier certains tronçons STIB et de faire naviguer un bus de boucle dans le Pentagone (sur le «mini-ring»), les partis verts plaident sans surprise pour un renforcement et un allégement des lignes de l’hypercentre.

«Il faut améliorer les relations est-ouest et nord-sud en bus. Nous voulons aussi dégager l’hypercentre des nombreux terminus. Pour y arriver, nous proposons deux solutions, selon les lignes: soit elles sont prolongées (de 1,5 km environ) pour atteindre un nouveau terminus Porte de Ninove, soit elles sont regroupées deux par deux tout en gardant des longueurs raisonnables afin de ne plus devoir s’arrêter dans des terminus au centre».

D’où les deux hypothèses suivantes (carte ci-contre). D’une part, «les lignes 48, 95, 29 et 38 peuvent arriver à la Porte de Ninove par Dansaert et Barthélémy et les lignes 47 et 88 via Van Artevelde, rue d’Anderlecht et boulevard de l’Abattoir». Et d’autre part, «deux lignes venant de l’ouest, le 88 Machtens et le 46 Moortebeek, sont prolongées vers l’est».

 

Sur le même dossier


+ LIRE AUSSI | «Eradiquer les malentendus à propos du parking au Jeu de Balle»
+ LIRE AUSSI | «2 ans de travaux, c’est trop long: on va tous mourir»
+ LIRE AUSSI | 13.000 signatures contre le parking au Jeu de Balle

+ CARTES | Le Plan Mobilité de la Ville
+ EN IMAGES | Les plans du piétonnier à la Bourse