POLITIQUE

Incendie à Tihange: les Ecolos remettent la pression sur le nucléaire

Incendie à Tihange: les Ecolos remettent la pression sur le nucléaire

La vulnérabilité des centrales nucléaires est flagrante selon les Verts. BELGA

L’incendie qui s’est déclaré ce dimanche au sein de la centrale nucléaire de Tihange poussent les Verts à remettre la pression sur la question du nucléaire.

+ Incendie sur le site de la centrale nucléaire de Tihange: «Tout est sous contrôle»

L’incident survenu au réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Tihange en fait le quatrième indisponible pour produire de l’électricité. Ce nouvel incident met une nouvelle fois en lumière la vulnérabilité des centrales belges. Il faut sortir du nucléaire, et dans l’immédiat organiser une réunion de la sous-commission nucléaire de la Chambre, ont affirmé ce dimanche les groupes Ecolo et Groen de la Chambre.

«Ce nouvel incident met, à nouveau, le focus sur la vulnérabilité des centrales nucléaires belges et les problèmes qui y sont liés tant en matière de sécurité que de sécurité d’approvisionnement. Quand le Gouvernement fédéral comprendra-t-il que le nucléaire est un problème dont il faut sortir? Il est urgent de soutenir les alternatives à cette technologie non fiable et de soutenir une véritable transition énergétique du pays», ont affirmé dimanche Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo, chefs de groupe Ecolo-Groen à la Chambre.

A leurs yeux, les premières intentions du nouveau gouvernement démontrent qu’il n’y a pas encore de véritable prise de conscience de ces enjeux. Or, les incidents sur les sites nucléaires posent des problèmes de sécurité d’approvisionnement. Vouloir prolonger les vieilles centrales dans ce contexte n’est pas rassurant d’autant que cette prolongation coûtera cher, y compris à l’Etat, ont-ils ajouté.

Ecolo et Groen ont par ailleurs réclamé d’urgence une réunion de la sous-commission sécurité nucléaire. «La vulnérabilité des centrales doit faire l’objet d’un débat parlementaire. Il est temps pour le gouvernement fédéral de sortir la tête du sable», ont conclu Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo.

Ecolo et Groen ont enfin également demandé à la ministre de l’énergie d’informer au plus vite les citoyens sur les risques de délestage dans les prochains jours.