ESPAGNE

Un mort dans une bagarre entre fans de l’Atletico et de La Corogne

Un homme est mort dimanche à Madrid dans des affrontements entre supporters en marge du match de football entre l'Atletico et La Corogne, ayant fait également onze autres blessés, selon l'hôpital et la police.

« Il est mort il y a quelques minutes, il n'a pas surmonté l'arrêt cardio-respiratoire » dont il a été victime, a déclaré une porte-parole de l'hôpital Clinico où l'homme avait été admis, tandis que la police évoquait au moins douze blessés avant ce match de championnat au stade Vicente Calderon remporté 2-0 par l'Atletico Madrid.

Selon le service des urgences de Madrid l'homme de 43 ans a été repêché dans un fleuve proche du stade, le Manzanares, en arrêt cardio-respiratoire et souffrant aussi d'un traumatisme crânien. Il a, dans un premier temps, pu être ranimé sur place.

La police a fait état de vingt arrestations.

Selon la presse, les supporters les plus radicaux des deux clubs s'étaient donné rendez-vous pour une bagarre avant le match, juste après l'arrivée des bus de fans en provenance de Galice, via les réseaux sociaux.

« On nous a appelés peu avant 9h00. Il y avait plusieurs foyers (d'affrontements) », a expliqué une porte-parole du Samu en précisant que ses services avaient assisté douze personnes, onze supporters et une femme policière. Selon cette porte-parole une personne était alors grièvement blessée et il s'agissait du supporter de La Corogne décédé quelques heures plus tard.

Des affrontements condamnés

Parmi les blessés, la plupart avaient des plaies à la tête et des contusions, et trois ont été blessés à l'arme blanche.

Dans un communiqué diffusé peu après la mort du supporter, la Ligue de Football professionnelle d'Espagne a condamné les incidents et assuré qu'elle avait tenté sans succès de suspendre la rencontre.

Les deux clubs ont condamné ces affrontements. Le Deportivo La Corogne a dénoncé « tout type de violence portant atteinte au sport, au football et à la ligue ».

« Nous, les clubs, devons lutter contre ce type de choses (...) nous sommes à disposition de la famille », a aussi déclaré le président du Deportivo Tino Fernandez.

« Les valeurs encouragées par le sport doivent être plus fortes que toute rivalité et nous devons lutter tous ensemble contre ce fléau de la violence", déclare pour sa part l'Atletico Madrid dans un communiqué.

L'entraîneur de l'Atletico Diego Simeone a souligné de son côté qu'il s'agissait d'un « problème social et pas du football » et qu'il n'avait pas réalisé ce qui s'était produit avant le coup d'envoi du match.