ANDENNE -

Grèves tournantes : recours du cdH d’Andenne contre la décision de fermer l’administration

Grèves tournantes : recours du cdH d’Andenne contre la décision de fermer l’administration

La décision Claude Eerdekens étonne l’opposition. EdA

L’opposition cdH à Andenne enverra lundi un recours au ministre wallon des Pouvoirs locaux, Paul Furlan, contre la décision du bourgmestre, Claude Eerdekens, de fermer l’administration communale lors de la grève tournante de lundi et de la grève générale du 15 décembre tout en payant malgré tout le personnel.

L’autre parti de l’opposition, Ecolo, n’introduit aucun recours mais s’étonne toutefois de la décision du bourgmestre.

«Nous comprenons que les travailleurs exercent leur droit de grève mais ce n’est pas le rôle du bourgmestre de décider de tout fermer et de mettre tout le monde en grève. C’est un processus curieux, d’autant que Claude Eerdekens n’est pas crédible en leader syndical. En disant vouloir dénoncer les mesures du gouvernement fédéral, il agit pour servir sa stratégie politique», estime Hugues Doumont, chef de groupe Ecolo.

Selon lui, cette mesure «unilatérale» est très mal perçue par la population car si l’administration communale est fermée lors des grèves, les écoles communales qui dépendent de la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi que certaines crèches le seront également.

D’après un premier calcul qui doit encore être affiné, le paiement du personnel lors des fermetures de la Ville, du CPAS et de la Régie des Sports durant les grèves du 1e et du 15 décembre et d’une autre prévue le 10 mars 2015 coûtera entre 100.000 et 150.000 euros. Pour Hugues Doumont, c’est aberrant «alors que le bourgmestre se plaint systématiquement que les finances de la Ville sont dans le rouge».