-

Pseudo-terroriste pakistanais: manifestation contre le départ de la famille Abassi

Pseudo-terroriste pakistanais: manifestation contre le départ de la famille Abassi

- BELGA

Une cinquantaine de personnes ont participé ce samedi après-midi, sur la place de l’Albertine à Bruxelles, à une manifestation de protestation contre le départ de la famille Abassi.

Le fils, Mohammad Assim Abassi, a vu dernièrement sa photo faire le tour des médias. Le jeune homme avait en effet été aperçu en août, se promenant avenue Louise avec ce qui ressemblait à un fusil de chasse glissé sous son manteau mais ne serait finalement qu’une batte de cricket.

La police avait émis à la mi-novembre un appel à témoin concernant le jeune homme soupçonné alors de se promener en rue avec une arme. Voyant sa photo dans les journaux, le jeune homme s’était rendu à la police pour s’expliquer, et il est apparu qu’il n’avait rien à se reprocher. Malgré la clarification de la photo, la rumeur a ensuite circulé que le père, qui travaillait pour l’ambassade pakistanaise à Bruxelles, avait été injustement licencié à la suite de cet imbroglio. Il était question d’un retour forcé et précipité de toute la famille vers le Pakistan.

L’ambassade du Pakistan a tenu à clarifier les choses et a formellement démenti en début de semaine avoir licencié monsieur Abassi. Tufail Khan Abassi, arrivé en Belgique en juillet 2010 pour assurer un mandat de quatre ans au sein du service administratif de l’ambassade, est simplement arrivé au bout de son contrat, indique l’ambassade. Son départ vers le Pakistan entre dans le cadre de la procédure habituelle et n’a rien à voir avec l’incident médiatique impliquant son fils, précisait encore l’employeur.

Le SPF Affaires étrangères a confirmé vendredi les dires de l’ambassade, précisant par la même occasion que «le mandat du collaborateur de l’ambassade, qui se limitait à quatre ans, était terminé depuis juillet 2014. Il aurait par conséquent déjà dû quitter le pays depuis quelques mois».

Malgré ces précisions et démentis, la famille Abassi et ses sympathisants doutent de la version officielle. «Pourquoi l’ambassade a-t-elle seulement dit que le contrat du père était terminé après l’avis de recherche du parquet fédéral? «, questionne un ami de la famille. «Pourquoi a-t-elle alors payé les frais scolaires des cinq enfants jusqu’à la fin de cette année scolaire? « «Si Mohammad avait été blanc, rien ne se serait passé», dénonce Zoubida Jellad, membre Ecolo du conseil communal de Bruxelles. «Il a été soupçonné parce qu’il correspondant à un stéréotype, et maintenant lui et sa famille sont décrits comme des terroristes dans la presse pakistanaise. Les autorités belges doivent s’interposer, présenter des excuses à la famille Abassi et la dédommager».

Il est prévu que la famille Abassi prenne l’avion dimanche pour Islamabad.