TC Namur - Suspension du prononcé pour avoir saccagé un logement du Foyer Taminois

Une femme de 22 ans et une autre de 33 ans ont bénéficié vendredi de la suspension du prononcé de la condamnation de Namur alors qu'elles étaient poursuivies avec un troisième prévenu devant le tribunal correctionnel pour avoir saccagé un logement du Foyer Taminois à Auvelais (province de Namur) le 24 septembre 2012. Ce dernier a été acquitté.

La jeune femme de 22 ans avait expliqué au tribunal en octobre dernier qu'elle avait été expulsée du Foyer Taminois sans motif.

Son sang n'avait fait qu'un tour et elle avait entraîné ses amis dans ce véritable saccage. Des fenêtres et une corniche avaient notamment été brisés, une boîte aux lettres avait été arrachée, des déchets en tous genres avaient été abandonnés et des dessins vulgaires avaient été griffonnés. Le Foyer Taminois avait dû effectuer des réparations pour 8.727 euros de dégâts.

Le ministère public ne s'opposait pas une peine clémente mais avait vivement conseillé à la prévenue d'apprendre à canaliser sa colère. La défense des deux femmes avait sollicité la suspension du prononcé ou une peine de travail. Malgré le préjudice causé au détriment du patrimoine d'autrui, le tribunal accorde cette suspension tenant compte notamment du caractère isolé et du contexte particulier des faits ainsi que de l'absence d'antécédent des prévenues. Il fait droit aux réclamations de la partie civile et condamne donc les deux femmes à payer solidairement 8.727 euros.

Le troisième prévenu, qui se défendait sans avocat, avait affirmé n'avoir jamais pris part à ce saccage. Il a été acquitté.

# Belga context View full context on [BelgaBox]