THAÏLANDE

Le pays ne sera plus une usine à bébés

Le Parlement thaïlandais a adopté en première lecture un projet de loi visant à interdire le recours à une mère porteuse, pratique commerciale qui s’est développée et qui est à l’origine de plusieurs scandales ces derniers mois.

Le texte prévoit notamment de punir de 10 ans de prison toute personne qui tirerait des bénéfices de la gestation pour autrui. Une sanction qui toutefois ne concerne pas les potentielles mères porteuses. Une deuxième lecture est prévue pour mi-janvier.

«Nous voulons mettre un terme à cette idée qu’ont les étrangers que la Thaïlande est une usine à bébés», a déclaré le député Wallop Tungkananurak.

Plusieurs scandales qui ont connu un retentissement médiatique mondial ont éclaté ces derniers mois dans le royaume autour de cette pratique, qui s’est développée grâce à un flou juridique. En août, un couple australien avait choqué la planète en abandonnant un petit garçon trisomique à sa mère et en emmenant avec lui sa sœur jumelle, Pipah, en bonne santé.