CYCLISME - Dopage

La fédé kazakhe prend des mesures

La fédé kazakhe prend des mesures

Astana, avec ces cas de dopage répétés, a suscité de la part de l’UCI un examen minutieux pour la licence. BELGA

La fédération kazakhe a enfin pris des mesures radicales pour enrayer le fléau du dopage chez les jeunes Astana.

Les trois cas de dopage au sein de l’équipe B d’Astana, qui évolue en division continentale, risquent de faire de l’ombre au grand frère Astana du même nom, dont l’octroi de la licence n’a toujours pas été officialisé par l’UCI. Du coup, la fédération kazakhe vient de se réveiller, en suspendant l’équipe B de toute compétition, et, surtout, en limogeant son manager Dmitri Sedoun.

Pour rappel, trois coureurs de l’équipe B d’Astana ont été contrôlés positifs cette année, Artur Fedosseyev s’étant ajouté la semaine dernière à une liste comptant déjà Victor Okishev et Ilya Davidenok.

L’ennui pour Astana et son manager Vinokourov, l’équipe de Vincenzo Nibali, c’est que cette punition de la fédération ne résout pas pour autant tous les problèmes. Parce qu’il n’y a pas qu’au sein d’Astana continental qu’on a triché, mais bel et bien chez les aînés. C’est que les frères Maxim et Valentin Iglinskiy avaient déjà tâté aux substances interdites, comme s’ils avaient voulu donner l’exemple aux plus jeunes.

Est-ce affaire de mentalité ou de culture, on ne sait trop, mais cela a eu surtout l’heur de déclencher la colère de Vino, qui sait de quoi il parle, et donc cette réaction de la fédération kazakhe. Car ces affaires de dopage ont attiré l’attention de l’UCI, laquelle va évidemment regarder à deux fois dans le dossier d’Astana, et qui a demandé le mois dernier à sa commission des licences «d’entreprendre une inspection complète de l’encadrement et de la politique antidopage» de l’équipe professionnelle.

La Fédération kazakhe de cyclisme avait dans le même temps annoncé avoir pris des mesures antidopage renforcées. Qui n’arrivent apparemment que maintenant. Son président Kairat Kelimbetov avait assuré que la fédération, en partenariat avec l’équipe professionnelle Astana, «mènerait une investigation complète sur les cas de dopage dans l’équipe continentale. Notre politique a pour but un cyclisme kazakh propre. Je peux vous assurer que l’enquête sera organisée en concordance avec les règlements de l’UCI et que ses résultats seront publiés en temps voulu.»

On en accepte l’augure.