MOLENBEEK -

Molenbeek : une vingtaine de sans-papiers en grève de la faim hospitalisés

Molenbeek : une vingtaine de sans-papiers en grève de la faim hospitalisés

ambulance aux urgences à huy Cédric Meunier

Une vingtaine de membres du collectif de la Voix des Sans-Papiers, qui ont entamé une grève de la faim le 17 novembre dernier, ont été hospitalisés depuis le début de l’action. Le but de cette dernière est, selon eux, de dénoncer les conditions inhumaines dans lesquelles ils vivent depuis des années.

Le collectif, établi à Molenbeek, rassemble 200 personnes dont 13 enfants et une quarantaine de femmes originaires d’Afrique du nord et d’Afrique subsaharienne, qui occupent depuis le 27 juin dernier une maison de repos désaffectée du boulevard Léopold II, à Molenbeek-Saint-Jean. Ses membres demandent notamment la régularisation de tous les sans-papiers vivant dans le squat.

«Cette grève de la faim est un geste de désespoir, notre dernier recours car, après avoir organisé des marches, rassemblements et manifestations pour mobiliser la population belge, rien ne bouge. Son but est d’obtenir notre régularisation et mettre un terme à notre séjour précaire en Belgique qui remonte à plusieurs années », a indiqué un des grévistes de la faim originaire de Maroc.

«Nous déplorons une fois encore l’abandon total et l’absence d’interlocuteurs du côté des autorités pour discuter de nos conditions de vie et de notre avenir. Or, la situation des grévistes de la faim s’aggrave de jour en jour. Depuis le début de l’action, une vingtaine ont déjà été hospitalisés et nous redoutons des interventions médicales dans le futur », a-t-il ajouté.