FOOTBALL -

Le SOS du RAEC Mons: «La faillite dans un mois»

Le SOS du RAEC Mons: «La faillite dans un mois»

Belga

Financièrement à sec, Mons crie au secours. «On a un mois pour trouver une solution», ont expliqué Dominique Leone et Pierre François ce jeudi. «Sinon, c’est la faillite» pour le club de D2

Mons a la corde au cou. Les dirigeants de l’Albert ne s’en cachent pas, et ont même convié les médias ce jeudi pour le clamer haut et fort: «Si l’on ne trouve pas des sponsors, repreneurs ou des investisseurs d’ici un mois, ce sera la faillite», résume le Président, Dominique Leone

Le matricule 44, vieux de 104 ans, «est sain financièrement» a expliqué Pierre François, manager général du club hennuyer, qui a détaillé la situation chiffre par chiffre. «Les salaires de novembre ont d’ailleurs été payés». Mais personne, au club, ne peut dire si ceux du mois prochain le seront. La raison de cette situation? Un public très clairsemé, des sponsors difficiles à trouver et une culbute en D2, l’été passé, qui a provoqué la disparition de la manne financière des droits télévisés expliquent pourquoi il n’est plus possible de compenser le déficit d’exploitation. Et cette fois, Dominique Leone l’assure: «Vu la situation économique de mon groupe (NDLR: groupe SGI, qui a déjà déboursé 420 000€ cette saison en sponsoring), il n’est plus possible de mettre la main au portefeuille.»

Le stade, un dossier débloqué

«Il faut trouver une solution pour les 23 joueurs du noyau pro, mais aussi les membres du staff, le personnel administratif et ouvrier, les formateurs et les 277 jeunes du centre de formation, a souligné Pierre François. Pour le moment, aucune piste concrète ne se dégage. Cet appel est aussi adressé à la Ville, qui a déjà donné un coup de pouce, ces derniers mois, en débloquant huit millions d’euros pour (enfin) réaménager le Tondreau. «C’est sûr que la Ville de Mons peut encourager des acteurs économiques à nous aider plus facilement que d’autres», plaide Pierre François. S’il n’est pas entendu, l’Albert pourrait mettre la clé sous le paillasson et ne pas terminer la saison.