CHARLEROI -

Expropriations « Rive Gauche » : l’intérêt général prime selon la justice

Expropriations « Rive Gauche » : l’intérêt général prime selon la justice

Les colonnades constituaient le dernier verrou qui empêchait encore le projet Rive gauche de voir son horizon totalement dégagé. EdA

On le sait le projet Rive Gauche à Charleroi ne fait pas le bonheur de tous les riverains. le tribunal a rendu un jugement important ce jeudi. Les colonnades constituaient le dernier verrou qui empêchait encore le projet Rive gauche de voir son horizon totalement dégagé.

+ Charleroi: danger le long des Colonnades

Le tribunal civil de Charleroi a rendu jeudi son jugement à propos d’immeubles situés dans les «Colonnades», autorisant de nouvelles expropriations dans le cadre du projet commercial et immobilier «Rive gauche».

L’implantation du projet commercial «Rive gauche» est au centre d’un dossier d’expropriations dans le quartier de la Ville-Basse.

Il est évoqué en appel devant le tribunal civil, après le rejet, par le juge de paix, de la demande d’expropriation en urgence d’une série d’immeubles de commerces et d’appartements essentiellement situés dans les «Colonnades» de la place Albert Ier.

Un premier jugement, intervenu la semaine dernière, avait autorisé l’expropriation de l’immeuble Randstad de la place Buisset, pour 1.225.000 euros.

L’intérêt général prime

Le jugement rendu jeudi évoque notamment la nécessité de prendre en compte l’intérêt général et de «requalifier le quartier de la Ville-Basse dont la situation est déplorable sur le plan urbanistique, économique, de la sécurité et de la salubrité publique».

Dans un premier dossier, l’expropriation d’urgence est accordée pour un bâtiment composé d’un rez-de-chaussée commercial et d’un appartement, pour 650.000 euros.

Un deuxième jugement accorde l’expropriation du siège commercial d’une agence de voyages pour 513.000 euros. Les derniers biens immobiliers encore concernés par ces expropriations feront l’objet d’un dernier jugement à intervenir le 3 décembre.