MAISON HABITAT

Sgraffites: la renaissance des élégants

Technique décorative ancienne, le sgraffite illumine les façades d’anciennes demeures, mais nécessite un travail d’entretien.Rencontre avec une spécialiste.

Il y a un siècle, les coquettes maisons de maître s’habillaient d’élégantes gravures colorées et dorées, si particulières au style Art nouveau… Depuis, nombre de ces dessins se sont perdus dans la grisaille, rongés par les aléas du temps. Mais en quelques jours seulement, la mine grise de façades peut reprendre de pimpantes couleurs.

Perchée sur ses échafaudages, pinceau et grattoir en main, Elvira Iozzi redonne vie aux sgraffites des maisons du début du XXe siècle. Voilà 25 ans que cette restauratrice d’œuvres d’art parcourt la Belgique pour entretenir ce patrimoine «mural» protégé.

«Chez nous, on retrouve des sgraffites principalement à Bruxelles, souvent sur des maisons construites à l’époque par de riches hommes pour leurs cocottes, mais aussi à Tournai, Namur, Liège, Charleroi, Huy et Bertrix.»

L’eau, l’ennemi

Ces décorations se placent sous des fenêtres, des balcons, des corniches ou au-dessus des portes d’entrée. Avec le temps, beaucoup de sgraffites ont disparu suite à des rénovations ne respectant pas ce patrimoine (bien que maintenant protégé) et, surtout, par leur ennemi numéro 1: l’eau, les pluies battantes et les infiltrations dans le bâtiment.

Griffer, en italien

Voilà une dizaine de jours qu’Elvira Iozzi travaille sur un chantier d’une maison privée proche du parc du Cinquantenaire. La rénovation arrive à son terme. «Sgraffito signifie en italien “ griffer ”, car ces dessins sont gravés sur différentes couches d’enduits. On applique sur chaux vive des pigments minéraux qui sont emprisonnés et cristallisés lorsque la chaux refroidit

L’artisane a ressuscité à l’identique les sgraffites, sans prendre de liberté. «Je recompose les mêmes motifs et polychromie qu’à l’époque.»

Dans l’esprit de l’époque Art nouveau, les motifs sont essentiellement des végétaux, figures de femmes ou encore des hiboux. En touche finale, l’artisane applique délicatement des feuilles d’or sur certains dessins… lui laissant des paillettes d’or accrochées dans ses cheveux.

Découvrez notre reportage vidéo ci-dessus.

+ Prolongez l'info dans L'Avenir de ce samedi 29 novembre, sur tablette iPad ou Android et sur PC.