WAREMME

2 millions pour Notre-Dame mais des réductions aux soins intensifs

2 millions pour Notre-Dame mais des réductions aux soins intensifs

L’hôpital va s’aggrandir et certains services vont être renforcés. EDA

Le CHC vient d’annoncer un investissement de 2 millions sur le site de la clinique Notre-Dame à Waremme. Mais revers de la médaile ce redéploiement s'accompagnera d'une d'une réduction des soins intensifs.

Le redéploiement au sein de Notre-Dame s’accompagnera d’une diminution de 50 % de la capacité d’accueil des soins intensifs : des lits actuels, il n’en restera que 3.

«Le redimensionnement de cette unité se justifie par son taux d’occupation, affirme l’hôpital. Cette unité sera gérée par l’équipe élargie des urgences, sous la supervision de l’équipe médicale des intensivistes des cliniques St-Joseph et de l’Espérance.»

Actuellement, cette unité occupe 13 personnes. Avec la réduction, l’emploi tombera à 6 ou 7. « Cinq équivalent temps pleins sont partiellement menacés. Mais les nouveaux projets ne manquent pas au CHC et ils représentent toujours des opportunités de reconversion pour le personnel soignant. Il n’y aura donc aucune perte d’emploi.»

Le personnel pourra donc se reconvertir dans une des unités de Notre-Dame ou aller travailler sur un autre site.

Cette unité de soins intensifs sera implantée dans la nouvelle aile du bâtiment et « bénéficiera des dernières avancées technologiques.»