FOOTBALL

Van Holsbeeck: «Minimum 1 ou 2 tours en Europa League»

Van Holsbeeck: «Minimum 1 ou 2 tours en Europa League»

belga

Herman Van Holsbeeck aura donc dû attendre douze ans avant de connaître une Ligue des champions réjouissante. «Après 7 essais infructueux en C1, je peux enfin sourire.

Que ça fait du bien! Quel soulagement et quelle belle récompense pour le travail de tous les gens qui travaillent dans l’ombre au sein du club! Et maintenant que nous sommes enfin en Europa League, nous voulons aller le plus loin possible en passant au moins un tour ou deux après l’hiver, prévient le manager général des Mauves. La saison prochaine, en gardant l’ossature de l’équipe actuelle, nous viserons clairement la deuxième place de notre groupe. Avant de finir ma carrière, je veux connaitre au moins une fois le second tour en Champions League.»

Mais avant de penser à plus long terme, le dirigeant anderlechtois ne voit pas plus loin que dimanche. Il envoie un message très clair à ses joueurs mais aussi au grand rival brugeois qui se déplacera au parc Astrid dimanche. «Comme l’a dit Besnik Hasi au coup de sifflet final, nous ne devons avoir peur de personne en Belgique si nous affichons la même mentalité tous les trois jours.»

Fier de sa jeune équipe et des fruits juteux récoltés sur les terrains du centre de formation de Neerpede, Van Holsbeeck avouait quand même avoir tremblé hier soir.

«Lors du premier quart d’heure de la seconde mi-temps, l’équipe était perdue après la sortie de Defour. Tout comme j’avais craint le pire lors du tirage au sort à Monaco, j’ai eu très peur. Heureusement, les changements du coach et la mentalité du groupe ont fait la différence. Des regrets? Je les laisse pour plus tard même si nous aurions facilement pu compter trois points en plus avec un peu plus d’efficacité devant le but adverse. Je préfère retenir qu’à part contre Dortmund, nous avons fait jeu égal avec des budgets dix fois plus élevés que le nôtre.»

Et Herman Van Holsbeeck de conclure en évoquant un autre paramètre financier. «L’Europa League deviendra rentable si nous y passons au moins un tour. Mais c’est surtout la valeur de nos joueurs qui va augmenter. C’est positif, bien sûr. Mais c’est aussi inquiétant car il ne sera pas évident de les garder.»