BASKET-BALL - Eurocoupe

Le Spirou conserve un mince espoir

Le Spirou conserve un mince espoir

Dylan Page a réalisé une grosse performance hier soir et a permis aux Hennuyers de maintenir un espoir de qualification. BELGA

Charleroi82Séville72

Évolution du score: 21-17, 38-36, 65-56, 82-72

CHARLEROI (13/35 à 2 pts, 14/31 à 3 pts, 14/20 lf, 33 rbds, 15 a., 25 fp): PAGE 20, Beghin 1, Collins 10, SCHWARTZ 6, Jadin 0, ENOBAKHARE 2, MUKUBU 6, WISE 13, Dowdell 10, HATCHER 14.

SEVILLE (18/32 à 2 pts, 8/21 à 3 pts, 12/21 lf, 37 rbds, 12 a., 18 fp): Byars 11, Thames 9, URTASUN 16, RADICEVIC2, Porzingis 7, Balvin 4, HERNANGOMEZ 5, ORIOLA 6, RODRIGUEZ 12.

Le Spirou n’avait pas le choix. Il se devait de gagner pour garder une mince chance de coiffer Séville sur le fil dans la course à la qualification pour le «last 32». Une victoire indispensable pour garder espoir, mais, dans la foulée, il faudra quasi réaliser le parcours parfait lors des déplacements à Nymburk et à Nancy ainsi qu’à domicile face à Oldenburg. Il faudra aussi compter sur un faux pas de Séville qui semble avoir un programme un peu plus facile.

Jacques Stas n’avait cure de ces considérations et a tout mis en œuvre pour prolonger la survie de son équipe dans la compétition européenne. Dans les rangs du Spirou, la bonne nouvelle a été le retour de Zabian Dowdell sur le parquet. Il lui manque cependant le rythme de la compétition pour être décisif.

Les Espagnols ont imposé leur stature dans le trafic aérien en s’appuyant sur des joueurs comme Porzingis (2m11) ou Balvin (2m15). Malgré le handicap de taille, le Spirou a crânement joué sa chance et a réussi à se détacher à 49-39 grâce à un triple de Page dans le troisième quart.

Bien inspirés à distance, les Sambriens menaient 65-56 à la demi-heure. Pour contrer les grands formats adverses, Jacques Stas s’est appuyé sur ses «petits formats», à savoir Collins, Hatcher, Dowdell et même Jadin. En en maintenant systématiquement deux sur le parquet, il a su prendre souvent son adversaire de vitesse. Il n’avait d’ailleurs pas beaucoup d’autres solutions pour contrer une équipe qui lui était nettement supérieure à la taille. Cela devrait aller mieux d’ici peu avec l’arrivée du nouveau pivot, Torin Francis. Il constituera ce point d’appui dans la raquette qui a parfois manqué face aux Espagnols.

À trois minutes du terme, Charleroi tenait toujours le bon bout (79-72), mais Séville a lancé ses dernières forces dans la bataille pour passer sous la barre des cinq points de retard.

Malgré quelques pertes de balle dues à la nervosité, le Spirou gardait son avantage intact.

L’espoir d’une qualification est donc toujours possible.