5e journée : Groupe G

Europa League: les Rouches au bord de la falaise

Europa League: les Rouches au bord de la falaise

Le Kantrida Stadium, avec son côté fait de roches, n’est pas un lieu de villégiature pour les Rouches. BELGA

Dans le stade atypique de Rijeka, coincé entre la mer Adriatique et une falaise, le Standard n’a pas droit à l’erreur pour ambitionner une qualification.RijekaCe soirStandard19 h

Cela paraît évident, mais autant l’écrire d’entrée: le Standard ne pourra pas être battu à Rijeka, sous peine d’être très proche de l’élimination. Voire éliminé tout court s’il perd par trois buts d’écart au moins et que Feyenoord, dans le même temps, est battu contre Séville (*). Les données du problème posées, il reste à présenter le cadre de cette cinquième journée, qui ressemble furieusement à un tournant de la campagne européenne des Rouches.

Le Kantrida Stadium est une enceinte où certains grands d’Europe n’ont pas eu la vie facile. À commencer par Séville, tenu en échec (2-2) début octobre après avoir été mené jusqu’à la dernière minute. Feyenoord a concédé un triplé de Kramaric (3-1), l’attaquant d’une formation croate qui a inscrit 20 de ses 27 buts dans ce petit stade (12 000 places), qui sera détruit au début de l’année prochaine. Est-il nécessaire de préciser qui sera l’homme à suivre, ce soir?

Il avait été très discret à l’aller, mais l’international croate de 23 ans est à l’image de son équipe: meilleur à domicile. Rijeka reste ainsi sur onze matches sans défaite en Ligue Europa. Lyon, le Bétis Séville ou Stuttgart sont d’autres visiteurs qui ont quitté la cité balnéaire, en bord de mer Adriatique, avec un goût de trop peu.

Quatre défaites,série en cours…

D’une ville côtière à l’autre, le Standard a tout intérêt à se reprendre, et comme le disait Adrien Trebel, « il faudra des guerriers». Après s’être noyé à Ostende, le groupe d’Ivan Vukomanovic doit accrocher au moins un point et mettre un terme à la série de quatre défaites de suite en déplacement en Ligue Europa. Sur un terrain annoncé difficile, l’entraîneur liégeois, qui connaît bien la mentalité locale, sait qu’il s’agira d’une bataille. «Dans cette équipe, il y a un gars qui marque, deux ou trois gars capables de faire la différence par le dribble, deux ou trois autres qui enchaînent de nombreuses courses, et pour le reste ils vont au charbon. »

Cela promet de nombreux duels, pour une équipe qui sera remaniée par l’absurde en raison de l’absence de Louis (voir encadré). «On veut gagner pour lui », a lancé dans un grand élan collectif Trebel. Une victoire serait surtout une belle option pour la qualification, et rendrait la réception de Feyenoord le 11 décembre, en clôture de cette phase de poules, encore plus chaude qu’elle n’est déjà en raison du contentieux qui oppose les supporters.

Mais il reste du chemin, les Sévillans ou les Rotterdamois, passés par Rijeka, pourraient en parler…

(*) en cas d’égalité de points au terme de la phase de poules (7), le Standard serait devancé par Rijeka au goal-average dans les confrontations directes.