Commentaire

Sale temps pour les Brabançons wallons

Sale temps pour les Brabançons wallons

Tous les Brabançons wallons n’ont pas passé une excellente semaine. Perso, j’ai pas à me plaindre (si jamais vous vous demandiez) mais tout le monde ne peut pas en dire autant.

Soyons logiques et commençons par le Premier. Jusqu’à ce vendredi, cela semblait être une semaine correcte pour le Premier ministre Charles Michel. Peut-être aurait-il préféré remettre le Vélo de Cristal à Philippe Gilbert plutôt qu’à Greg Van Avermaet? Rien n’est moins sûr: le Premier ministre est davantage fan de moto que de vélo. Non, ce qui a gâché sa semaine, c’est le sondage qui, ce vendredi, rapportait que 62,5% des francophones pensent qu’il n’est pas l’homme de la situation pour gouverner la Belgique. 61% des sondés voient plutôt Bart De Wever en patron du fédéral. Cela dit, Charles Michel n’ignore pas que ce n’est pas forcément celui qui tient le crachoir qui est le patron. La preuve, si besoin, au conseil communal de Wavre où le bourgmestre empêché était bien présent et où il est intervenu dès qu’il le souhaitait.

En parlant de tenir le crachoir, il est un spécialiste. André Antoine a présenté son «Livre noir des Communes», listant toutes les menaces financières qui pèsent sur les Communes. Le bourgmestre en titre de Perwez a eu droit à un retour de boomerang: Pierre-Yves Jeholet lui rappelant aimablement que le cdH était dans toutes les majorités précédentes et donc partie prenante dans la plupart des décisions qui gênent les échevins des Finances de tous bords.

Dernier Brabançon wallon qui a encaissé cette semaine: Marc Wilmots. L’ancien Jodoignois serait un adepte du «Marche (avec moi) ou crève». Ses talents de tacticiens sont remis en cause. Certains joueurs en auraient assez de «papa Wilmots».

Qui tiendra le plus longtemps? Le coach de l’équipe nationale ou le boss du gouvernement national? Pour l’un et l’autre, il n’y a que les résultats qui compteront.