Premier amour d’adolescent

Peter Atkins - Fotolia

Votre ado a des papillons dans le ventre et veut inviter son amoureux(se)à la maison. Oui, mais à certaines conditions…

Un beau jour, votre ado vous accueille la bouche en cœur pour vous annoncer qu’elle a un petit copain ou qu’il sort avec la fille des voisins. C’est dans l’ordre des choses et, pour tout dire, vous vous y attendiez un peu. Comment gérer cette première relation amoureuse? Voici quelques pistes.

À partir de quel âge?

Faut-il comme ce papa hyperprotecteur interdire à sa fille d’avoir un petit copain avant l’âge de 15 ans? «Fixer un âge n’a aucun sens car un enfant peut très bien vivre une histoire amoureuse à 14 ans et un autre à 17 ans», tempère Philippe van Meerbeeck, psychiatre et psychanalyste, spécialiste de l’adolescence.

Accueillir, oui, mais à certaines conditions

Votre ado est plutôt volage et vous n’avez pas envie de voir défiler ses conquêtes sous le toit familial, c’est votre droit. «On ne peut pas accepter comme parent d’être mis devant le fait accompli en découvrant au matin qu’un petit copain ou une petite copine a dormi dans la chambre de son enfant. Souvent, les adolescents imposent à leurs parents sans leur en parler une sorte d’état de fait. On peut très bien dire à son ado: “ Tu ne peux pas nous imposer toute ta recherche amoureuse en ramenant un copain ou une copine différente tous les 15 jours, mais une fois que tu auras une relation amoureuse sérieuse, durable, qui a de l’importance pour toi, on sera très content de faire la connaissance de ton amoureux ou de ton amoureuse.’’ C’est un critère que les ados peuvent accepter comme principe.»

Règles fixées dès le départ

Le temps passé sous le toit familial, les repas, les études, les bisous sur le canapé du salon… autant de sujets qu’il vaut mieux aborder avec son ado avant que la relation ne s’installe. Parents, jeunes frères et sœurs, toutes les sensibilités familiales doivent être respectées. Dès qu’un problème se pose, on en discute.

Peut-il dormir à la maison?

La question divise: il y a les parents «trop cools» et… les autres. Tout dépend de l’âge et de la durée de la relation amoureuse. On peut se donner le temps de la réflexion, expliquer à son ado ses craintes, qu’on n’est pas prêt. Et envisager, pourquoi pas, des solutions intermédiaires: il ou elle dort dans une chambre à part, peut loger avec d’autres copains…

Pas content du choix amoureux de votre enfant?

Vous espériez mieux pour la chair de votre chair que cette brunette écervelée ou ce grand dadais lymphatique? Ne lui fermez pas la porte. «En l’accueillant chez vous, vous permettrez à votre enfant de découvrir plus facilement pourquoi ce garçon ou cette fille n’est pas tout à fait le bon choix. Il va voir dans le décor habituel qu’il ou elle n’est pas à l’aise, ne colle pas… Un discours de rejet accentue le côté romantique d’un amour interdit .»