SPORT -

L’Egypte boycotte les mondiaux de natation au Qatar

L’Egypte boycotte les mondiaux de natation au Qatar

(Photo d’illustration) BELGA

Pour des raisons politique, l’Egypte ne participera pas aux championnats du monde de natation en petit bassin qui auront lieu au Qatar en décembre.

C’est ce qu’a indiqué mardi le chef de la fédération égyptienne de natation.

«La décision a été prise en raison des positions politiques du Qatar vis-à-vis de l’Egypte depuis la révolution du 30 juin 2013», a affirmé le chef de la fédération Yasser Idriss, faisant référence aux manifestations monstres qui ont conduit l’armée à destituer le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.

Depuis l’éviction de Mohamed Morsi, les deux pays sont à couteaux tirés: l’Egypte accuse le Qatar de soutenir la confrérie des Frères musulmans dont est issu Mohamed Morsi tandis que Doha dénonce la sanglante répression qui s’est abattue sur les partisans du président déchu.

Plus de 1400 manifestants pro-Morsi ont été tués, et plus de 15.000 personnes arrêtées depuis l’éviction de Mohamed Morsi. Des centaines de partisans du président déchu ont également été condamnés à mort ou à la perpétuité.

Les championnats du monde de natation en petit bassin doivent se tenir à Doha du 3 au 7 décembre.

Yasser Idriss a indiqué que sa fédération était prête à accepter n’importe quelle sanction pour son retrait, précisant que la décision avait été prise par le conseil d’administration, sans que le ministre de la Jeunesse et des Sports ne soit consulté.

Il a précisé que l’Egypte ne participerait pas non plus à l’assemblée générale extraordinaire organisée par la fédération internationale de natation à Doha fin novembre.

L’annonce intervient alors que l’équipe égyptienne de handball doit participer au Mondial-2015 messieurs qui se déroulera du 15 janvier au 1er février au Qatar. Les Emirats arabes unis et le Bahreïn ont déjà déclaré forfait pour cette compétition. Avec l’Arabie Saoudite, ces deux pays sont en brouille avec le Qatar, et l’accusent de soutenir des mouvements islamistes dans la région.