SNCB

SNCB: trois lignes ardennaises menacées

SNCB: trois lignes ardennaises menacées

Une ligne entièrement rénovée, qu’Infrabel suggère de supprimer: «Plus de train, plus d’entretien; plus de dépenses» ironise la CSC-Transcom EDA

On le pressentait: les économies réclamées à la SNCB par sa ministre de tutelle, Jacqueline Galant, passeront sans doute par des suppressions de lignes.

+ LIRE AUSSI | Les trains non rentables remplacés par des bus?

Et la Wallonie, plus particulièrement l’Ardenne, risque d’en payer le prix. Un document interne transmis par Infrabel, le gestionnaire du réseau à la ministre MR de la Mobilité suggère en effet la suppression de trois lignes: la 42, de Rivage-Gouvy vers Luxembourg; la 43, de Liège à Marloie-Jemelle; et la 44, de Spa à Geronstère.

La CSC-Transcom, à qui un vent favorable a transmis ce document, tire le signal d’alarme. «Fermer ces lignes représentera une perte de mobilité pour toutes les personnes qui les empruntent. Étudiants ou navetteurs, sont pourtant nombreux à les utiliser», expliquent Marc Eyen et Anne-Sophie Englebert, permanents Liège/Verviers et Luxembourg CSC Transcom.

Cette proposition, ajoutent les deux syndicalistes, est «en plus, en totale contradiction avec les dires de la Ministre de la Mobilité. Jacqueline Galant a, en effet, déclaré qu’on ne toucherait pas aux lignes rurales!»

22,5 millions pour rien?

La SNCB voulait fermer la ligne 42 dans les années 1980. Mais sous la pression des Chemins de fer luxembourgeois (CFL) et avec l’appui de l’Europe, la décision a été prise de la moderniser, au début des années 90. L’électrification de la ligne, la suppression de passages à niveau, et le remplacement de la signalisation, achevés le 25 mai 2000, avec l’électrification du dernier tronçon, auront coûté 900 millions de FB (22,5 millions). Une opération à ranger parmi les grands travaux inutiles?

Sur la ligne 43, on a constaté «une augmentation de 40% de la “ clientèle voyageurs ” ces dix dernières années» signale la CSC-Transcom.

Quant à la 44, la ligne et ses ouvrages d’art ont été également entièrement rénovés: toujours pour rien?

Dernière mauvaise nouvelle: le même document préconiserait l’arrêt de la construction du centre logistique d’infrastructures de Trois-Ponts. En prélude à «la régionalisation du rail», se demande la CSC-Transcom?