MONDE -

Vaste opération contre des «marchés noirs» sur internet

Vaste opération contre des «marchés noirs» sur internet

414 sites ont été fermés et 800.000 euros ont été saisis. Frog 974 - Fotolia

Dix-sept personnes en charge de centaines de «marchés noirs» sur internet, où étaient vendus des armes et de la drogue, ont été arrêtées par les polices américaine et de 16 pays européens, a annoncé vendredi l’office européen de police Europol.

L’opération commune, lancée jeudi, visait ces marchés noirs «fonctionnant comme des services cachés sur le réseau Tor», a précisé Europol, qui n’a pas indiqué la nationalité des personnes arrêtées.

Tor, logiciel libre et gratuit, est une plateforme qui garantit l’anonymat sur internet. «The Onion Router», son nom originel d’où est tiré l’acronyme Tor, permet de superposer des couches de protection afin de ne pas être découvert.

Il procède à l’encodage d’activités en ligne, comme des visites de sites internet ou des envois de messages, et expédie ces données à travers un réseau mondial de relais qui les épluche au fur et à mesure pour n’en garder que les couches infimes indispensables pour faire passer l’information au sein de ce qui est connu comme le «Darknet», la face cachée de l’internet.

414 sites fermés...

L’opération, menée notamment par les police française, allemande, et britannique, «avait pour but d’arrêter la vente, la distribution et la promotion d’objets illégaux et dangereux, dont des armes et des drogues, qui étaient vendus sur des marchés noirs en ligne», a expliqué Europol.

«Nous ne faisons pas que ‘juste’ retirer ces services de l’internet public», a assuré Troels Oerting, le chef de l’unité de crimes sur internet d’Europol.

«Cette fois, nous avons également touché des services sur le Darknet qui utilisaient Tor où, pendant longtemps, les criminels se sont considérés comme intouchables», a-t-il dit, ajoutant: «nous pouvons désormais prouver qu’ils ne sont ni invisibles ni intouchables».

Un total de 414 sites ont été saisis et fermés, assure l’organisation, qui a refusé d’indiquer comment les policiers avaient réussi à identifier les vendeurs et administrateurs des sites.

...et 800.000 euros saisis

De la monnaie virtuelle Bitcoin, utilisée dans les transactions, a également été saisie pour une valeur d’un million de dollars (800.000 euros) ainsi que 180.000 euros en cash et de la drogue.

Jeudi, les autorités américaines avaient annoncé avoir arrêté l’administrateur présumé d’une seconde version du site internet Silk Road, surnommé «l’eBay de la drogue».

Selon les procureurs américains, Silk Road 2.0 a permis à plus de 100.000 personnes d’acheter et de vendre des drogues illégales et d’autres objets de contrebande après la fermeture de son prédécesseur en 2013.