Fini pour Rick de phagocyter l’écran. Dans cette quatrième saison de The Walking Dead, chacun des survivants se verra offrir son quart d’heure de gloire (et d’épouvante).

Avec comme fil conducteur, une question: l’ex-shérif et ses camarades d’infortune ont-ils connu trop de souffrances, vu trop d’horreurs pour pouvoir redevenir de «simples» êtres humains? Poser cette question, c’est y répondre. Rick (tiens, encore lui) a beau s’être transformé en «gentleman-farmer» dans sa prison dorée et exhorter son fils à goûter aux joies de l’enfance, on se doute que les zombies vont tôt ou tard chambouler ses plans. À moins que le danger ne vienne d’un tout autre côté…

On s’était promis de ne pas sursauter à chaque claquement de porte. On s’était également promis de ne pas se ronger les sangs. Autant dire que toutes ces résolutions ont fondu comme neige au soleil lorsque les morts-vivants ont commencé à pleuvoir du toit d’un grand magasin ou lorsqu’une épidémie s’est déclarée au sein de la prison, décimant les rangs des valeureux survivants. Un vrai plaisir coupable.

Après huit épisodes, changement de cap; place à l’introspection. Chaque personnage se retrouve confronté à ses angoisses et ses aspirations. Chacun verra aussi ses convictions mises à rude épreuve. Ce qui n’est pas pour nous déplaire. Revers de la médaille, le rythme devient alors plus lent. La tension moins palpable. Quoique. On vous conseille de surveiller de près Carol et ses deux petites protégées. Entre autres.

Riches bonus mais non sous-titrés.

E-one

Nos dernières videos