-

La marche était trop haute, et la correction a été évitée

Le Standard a été logiquement battu par des Espagnols qui ont à peine tremblé à 1-1. Il faudra gagner à Rijeka, ou au moins éviter la défaite dans trois semaines.

Assistance: 25 000.

Arbitre: M. Madden (Éco).

Cartes jaunes: Carriço, Trebel, Suarez, Ciman, Mbia, Enoh, Arslanagic.

Buts: Gameiro (1-0, 21e); Mpoku (1-1, 33e); Reyes (2-1, 42e); Bacca (3-1, 90e).

SÉVILLE: Beto (46e Rico); Diogo, Pareja, Carriço, Trémoulinas; Krychowiak, Mbia; Deulofeu (71e Bacca), Suarez, Reyes (57e Vitolo); Gameiro.

STANDARD: Thuram; Milec, Arslanagic, Ciman, Andrade; Mpoku, Enoh, Trebel (82e Lumanza), Van Damme (63e Mujangi Bia); De Camargo; Louis (68e Watt).

La marche était bel et bien trop haute: le Standard s’est logiquement incliné à Séville, et Ivan Vukomanovic a concédé son premier revers dans son costume d’entraîneur. Menée au bout de vingt minutes, l’équipe liégeoise est bien revenue au score, mais pendant neuf minutes seulement, le temps pour le groupe d’Unai Emery d’accélérer une fois de trop.

Il n’y a rien de déshonorant à perdre en Andalousie, mais le succès de Feyenoord contre Rijeka (2-0) renvoie les Rouches à la troisième place, et le déplacement en Croatie pourrait avoir des allures décisives, au point qu’une défaite par trois buts d’écart fin novembre éliminerait les Rouches.

On n’en est pas encore là, et après tout le Standard n’est pas battu d’avance à Rijeka, l’écart des valeurs ne sera d’ailleurs pas aussi important qu’hier.

L’addition aurait pu être plus salée, cela dit, tant la maîtrise sévillanne est apparue évidente, à l’image du deuxième but, une construction plein axe, via le trio Reyes-Suarez-Diogo, avec le premier pour conclure (2-1, 42e). Avant cela, Gameiro avait ouvert la marque, à la réception d’un corner, dévié de la tête au premier poteau par Mbia, et qui avait permis à l’attaquant français de conclure (1-0, 21e). Avant cela, toujours, Thuram avait sorti les arrêts nécessaires devant Diogo (9e) et sur une frappe de Deulofeu, déviée par Carriço (17e). En fin de première période, il était encore sauvé par son poteau gauche, sur un coup-franc de Reyes (36e).

Van Damme sur le flanc,De Camargo plus bas

Le début de la deuxième mi-temps a toujours été à l’avantage des équipiers de Suarez, dont la reprise de la tête avait frappé la latte (55e) tandis que Bacca, monté à vingt minutes du terme, s’est rappelé au souvenir des Belges, avec son petit but pour confirmer la supéririoté locale (3-1, 90e).

Le Standard est bien revenu à 1-1, mais le coup-franc de Mpoku avait été dévié par Suarez (1-1, 33e), et à l’exception d’une reprise de la tête de De Camargo dans le petit filet (27e), les Rouches n’ont pas su déborder des Andalous dont le pressing haut a posé des soucis à la relance, ou pour amorcer des contre-attaques rapides.

Comme il l’avait annoncé la veille, Ivan Vukomanovic comptait sur un bloc compact, et il avait renforcé son côté défensif avec la titularisation d’Andrade au poste d’arrière gauche, pour permettre à Van Damme de monter d’un cran. En attaque, Louis et De Camargo avaient échangé leur positionnement, pour profiter du jeu en profondeur du Haïtien et du travail entre les lignes du Belgo-Brésilien.

Mais ces précautions de départ n’ont pas suffi à contrer une équipe de Séville qui, il est vrai, avait aligné ce qu’elle a presque de mieux - il y avait cinq changements par rapport à l’équipe du match aller. Définitivement, la marche était bien trop haute. Les choses seront différentes à Rijeka, où le Standard ne pourra se contenter d’attendre. En attendant le prochain rendez-vous européen, il va se replonger dans sa course-poursuite en championnat.