Commentaire

Messieurs, à partir du moment où vous voulez juste préserver vos privilèges…

Messieurs, à partir du moment où vous voulez juste préserver vos privilèges…

D.P.

Chaque vendredi, Francis Collin, chef des sports de l'Avenir Luxembourg, commente l'actualité sportive.

Pour ou contre la grève? La question m’a toujours fait marrer. Souvent jaune, d’ailleurs, surtout durant ma première vie, celle de prof.

Que d’emplois, de progrès sociaux ont été acquis, maintenus ensuite par ceux qui se sont sacrifiés pour le bien de tous! J’utilise le mot «sacrifier» parce que c’est quand même plus gai de rester chez soi, bien au chaud, pendant que les potes sont dehors, à défendre les droits de ceux qui ne sont jamais allés dans la rue par peur de représailles, pour rester dans la manche du patron. Mais qui sont bien contents des résultats obtenus par les actions opérées par leurs collègues… Je veux bien l’écrire en lettres grasses s’il le faut: TOUT le monde du football se doit de soutenir le personnel de l’Union belge s’il décide de partir en grève. Une première dans le royaume. Mais s’ils sont contraints de recourir à cette action pour se faire entendre, que tous ces membres ne se contentent pas de se croiser les bras pendant dix minutes, juste le temps de griller une cigarette dehors.

Non, il s’agira de mener une opération d’autant plus musclée qu’elle sera inédite, mais surtout inattendue dans le chef d’une maison qui pue pourtant le fric par tous les pores. « Il n’y a jamais eu autant de rentrées financières que ces derniers temps», confiait voici quelques jours Pierre Friob, membre du comité exécutif, qui connaît tous les coins et recoins de la maison. Mais voilà, ces derniers temps, le Virtonnais donne l’impression de ressembler de plus en plus au Don Quichotte à l’assaut des moulins à vent. Notez qu’il a fait exploser de colère, paraît-il, un certain Steven Martens lors de cette fameuse réunion extraordinaire de lundi.

Une réunion à laquelle n’ont pas participé… dix des 23 membres du comité exécutif. Des élus de… la base pourtant. Une réunion où les deux seuls représentants du football francophone amateur au sein du conseil d’administration fédéral, le Namurois Linard, président de l’ACFF, et le Liégeois Dumoulin, brillaient par leur absence. Le premier était à Londres avec Anderlecht; le second, en vacances. Une réunion au cours de laquelle le Hennuyer Delferière a osé lâcher que tout ce qui se produit aujourd’hui – 21 licenciements programmés – était prévu depuis… trois ans. Mais alors qu’ont fait tous ces haut gradés de la coupole durant cette période? Pourquoi n’ont-ils jamais évalué leur secrétaire général? Parce que dans son contrat, il est inscrit qu’il s’auto-évalue… lui-même? Combien de personnes n’a-t-il pourtant pas engagées et à quel salaire? Avec quelle voiture? Elle a bon dos, l’informatisation des services, je vous le dis…

D’autant que, visiblement, ça ne fonctionne pas vraiment et que les tâches retombent sur le personnel des comités provinciaux, que l’on déplume. Mais cela, visiblement, les lieutenants du général en chef ne veulent pas le reconnaître, comme ils n’encaissent pas les sévères remontrances adressées par la base, les présidents de provinces, tous unis eux comme les cinq doigts de la main. Alors, Messieurs les membres du conseil d’administration, plutôt que de ne protéger que vos privilèges, merci de prendre enfin vos responsabilités. Démissionnez, oui, démissionnez tous! Non seulement, vous avez perdu tout votre crédit, mais vous risquez de détruire à tout jamais le travail accompli durant toutes ces décennies.


 

Retour sur ALSPORTS Contactez-nous Facebook ALSPORTS