La Sardine du Marseillais ou les saveurs du sud de la France

Vous en avez marre de l'éternel club jambon fromage? Vous n'en pouvez plus de la baguette à l'américain? Au n°159 de la Rue Blaes, à deux pas de la Place du Jeu de Balle, un petit snack provençal sert des sandwichs qui ramèneront un peu de soleil dans votre quotidien culinaire.

Aurélie acceuille les clients avec un léger accent du sud de la France. Dans un pain bagnat, elle glisse des feuilles de laitue, puis étale une préparation parfumée à l'ail, avec du thon, des anchois, des oeufs, des oignons, des tomates et des olives noires. Le Lou Bagnat, c'est vraiment la spécialité de la maison. Il y a neuf autres sandwichs à la carte, plus deux "humeurs du jour", dont une recette végétarienne. "On explore toutes les possibilités des saveurs provençales. On essaie simplement de recourir à des produits sains, qui viennent pour la plupart du marché des Tanneurs", explique la vendeuse en tablier à carreaux rouges et blancs.

Un tandem amoureux

Aurelie gère la Sardine du Marseillais mais, par ailleurs, elle fait des études de costumières. Le patron de la sandwicherie, c'est son mari. On le retrouve dans l'établissement voisin, Le Marseillais du Jeu de Balles. "Mais je ne suis pas du tout Marseillais, précise Patrick. Je suis Belge avec des origines anglaises. C'est mon associé, Cédric, qui est Marseillais." Les deux complices ont ouvert leur bar il y a cinq ans et demi. C'est le point de départ d'une aventure ensoleillée dans le coeur du quartier des Marolles. "On a commencé à vendre du pastis, puis on s'est très vite rendu compte que le public y prenait goût. Aujourd'hui on en sert plus ou moins quinze litres par semaine", détaille Patrick.

À manger au bar ou à emporter

Campé derrière son bar, le grand barbu regrettait de ne pas pouvoir servir d'encas à ses clients. Mais, il y a six mois, quand sa voisine a laissé tombé son commerce, il y a tout de suite vu une opportunité de remédier à la situation. Le petit local a été transformé en snack et il acceuille désormais tous les affamés du quartier. Ceux-ci peuvent emporter leur casse-croûte ou le dévorer, à côté, dans le bar du Marseillais du Jeu de Balle. Là, on peut croquer dans son pain bagnat rempli à craquer de bonnes choses qui transpirent l'huile d'olive et, sous nos yeux, les commerçants du marché remballent leurs marchandises, sous le ciel gris qui couve Bruxelles. Mais, dans notre palais, c'est un feu d'artifice qui explose. Il est composé de saveurs provençales qui rappellent le goût du soleil du sud de la France.