Gourmande, colorée, musicale et bien sûr commémorative… la «Todos Santos » du Guatemala célèbre joyeusement ses morts. Une fête à ne rater sous aucun prétexte pour les Guatémaltèques.

La foire et ses attractions foraines se sont installées à l’entrée du grand cimetière de Quetzaltenango, ville en altitude au sud-ouest du Guatemala. Les manèges, grande roue et balançoires aux couleurs délavées et au look d’une autre époque se dressent face au porche de l’entrée principale du cimetière. Un parfum de cochon à la broche et de maïs grillé flotte dans l’air déjà chaud.

Dès l’aube du 1er novembre, des milliers de familles prennent la direction du cimetière situé au cœur de la ville. Chacun a revêtu le costume traditionnel «huilpiles» aux tissus tressés et aux couleurs vives (mauves, rouge, vert, bleu…). Les femmes ont tressé leurs cheveux et portent leurs larges bouquets de fleurs sur la tête. Sur leur trajet, les marchands étalent des tapis de chrysanthèmes, d’œillets, de gypsophiles et de somptueuses couronnes mortuaires montées de végétaux exotiques.

Grise et sinistre, la mort?

Au Guatemala, comme dans d’autres pays d’Amérique Centrale, la Toussaint est loin d’être grise et sinistre. Le terme de «Fête» des morts y prend tout son sens. Tous les cimetières du pays deviennent de véritables lieux de rassemblement, colorés et joyeux même! Avec Pâques, la «Todos Santos» (Toussaint le 1er novembre) et le «Día de los Muertos» (Jour des morts, le 2 novembre) sont les fêtes les plus importantes pour le pays des Mayas.

Les Guatémaltèques ne considèrent pas la mort comme une fin en soi, mais au contraire comme le point culminant de l’être humain. Les jours précédant le 1er novembre, et jusqu’au 2 novembre, chaque famille se prépare à honorer ses morts, dans une animation joyeuse, qui dérouterait nos traditions occidentales solennelles.

Marimba et techno-latino

Sous le porche du cimetière, l’ambiance monte et, parmi la foule, il faut ralentir le pas pour pouvoir entrer! Dans les allées du columbarium, de grosses enceintes diffusent de la musique de marimba entrecoupée de «basses boum boum» et de techno-latino. De l’artère principale, chaque tribu prend la direction d’une sépulture. En forme de temple romain, d’inspiration gothique ou égyptienne, les plus monumentales se dressent en début du parcours. Au fond du domaine vallonné se trouvent les plus modestes, recouvertes de terre.

Spectacle éblouissant et réjouissant pour les yeux, les tombes sont ornées d’herbes vertes fraîchement coupées et de pétales de fleurs jaunes, roses, oranges et rouges. Alors que les femmes étalent les ornements, les petits virevoltent sur les sépultures, entraînés par la course de cerfs-volants. Donnant lieux à des scènes émouvantes, chaque famille s’installe sur la tombe de leurs proches et prend le temps de partager un pique-nique.

Barbe à papa et cirage de pompe

Les allées du cimetière prennent des allures de marché où les vendeurs déambulent pour vendre des barbes à papa en sachet, des glaces «helados!», des hamburgers… Mais aussi des pots de peintures aux tons pastel servant à remettre une nouvelle couche sur les tombes. Rose, turquoise, vert et bleu… des couleurs parmi les fleurs qui rappellent celles de ruches.

Et si certains en profitent pour repeindre en dernière minute une croix ou une pierre tombale, d’autres n’hésitent pas à se faire cirer leurs pompes, assis sur une tombe.

En fin de journée, les pétards et feux d’artifice sont généreusement lancés… de quoi réveiller les morts?

Carnet de voyage

CERFS-VOLANTS

Si de nombreux villages s’animent de fin octobre à début novembre, c’est à Sumpango et à Todos Santos que les spectacles sont les plus impressionnants.

Dans une ambiance de kermesse, Sumpango organise au 1er novembre un grand concours de cerfs-volants, du matin au soir.

www.sumpango.com.gt

À Todos Santos Cuchumatan (sud-ouest), les habitants organisent à la Toussaint une course à cheval étonnante et des danses folkloriques. Ce petit village isolé sur la plus haute chaîne montagneuse d’Amérique central (la Sierra de los Cuchumatanes) vaut le détour pour ses paysages sauvages et ses costumes traditionnels.

CIMETIERE

Le cimetière général de Quetzaltenango (seconde plus grande ville du Guatemala, après la capitale) est un agréable endroit de promenade parmi d’imposants mausolées et tombeaux aux couleurs pastel. À visiter à la Toussaint, au zénith des traditions, ou durant le reste de l’année au calme. Il est ouvert de 7 à 18 h.