1. Non, le condamné ne sort pas automatiquement lorsqu’il a purgé 1/3 de sa peine. Dans le cas d’une condamnation à 30 ans ou à perpétuité, sans récidive, la requête de mise en liberté conditionnelle peut être introduite après 15 ans et non plus 10.

Quinze années qui peuvent monter à 23 s’il y a récidive. Et si la requête peut être introduite, ce n’est pas pour cela que le condamné se voit octroyer son bon de sortie conditionnelle.

2. Être condamné à une peine de prison de 30 ans ou à une réclusion à perpétuité: est-ce la même chose? Pas tout à fait. Pour la première, si vous purgez votre peine à fond, ce sera donc… 30 ans. Par contre, pour la perpétuité, vous pouvez y rester après ces 30 années, si le tribunal d’application des peines le décide.

3. C’est en mai 2006, que la loi a accordé une plus grande attention aux droits de la victime dans le cadre de l’exécution des peines. C’était déjà un grand pas en avant par rapport à l’ancienne mouture. Fin de l’année dernière, des pas supplémentaires ont été réalisés. Comme l’élargissement de la notion de victime ou, élément important, l’accélération de la communication à la victime en cas de sortie.