TC CHARLEROI

Un violeur confondu par son ADN plusieurs années après les faits

Un violeur confondu par son ADN plusieurs années après les faits

D’abord dans le déni, le prévenu a fini par reconnaître les faits. REPORTERS

Un individu qui avait commis deux viols en 2003 et 2004 a éé confondu quelques années pls tard grâce à son ADN.

Le tribunal correctionnel de Charleroi a examiné mardi le cas de Solimane M., un Carolo poursuivi pour des viols commis en 2003 et 2004 sur deux mineures. Les faits n’avaient été résolus que plusieurs années après leur commission, à la suite d’un prélèvement de l’ADN du prévenu lors d’un attentat à la pudeur perpétré en 2008.

En 2003, Solimane M. avait embarqué une adolescente de force dans sa voiture, alors qu’elle nouait ses lacets. Il l’avait emmenée sur le Ravel et l’avait violée.

L’année suivante, le prévenu avait attiré une autre adolescente dans son véhicule en lui demandant son chemin. Il s’était alors rendu dans un endroit isolé pour abuser d’elle. Un préservatif usagé avait été découvert par les enquêteurs, mais à l’époque, l’ADN du prévenu n’était pas encore enregistré dans la banque de données.

Ce n’est qu’en 2008, à la suite d’un nouvel attentat à la pudeur commis par Solimane M. et sanctionné par la cour d’appel que son empreinte génétique a été introduite dans la banque de données. Des correspondances ont alors été trouvées avec les deux faits de viol de 2003 et 2004.

D’abord dans le déni, le prévenu a fini par reconnaître les faits. En tenant compte du rapport du centre de santé mentale qui conclut à une dangerosité et un risque de récidive élevés, le parquet a requis une peine exemplaire à son encontre.

Son conseil, Me Mayence, a pour sa part sollicité une peine complémentaire de la condamnation déjà prononcée par la cour d’appel, à condition qu’elle soit assortie d’un sursis probatoire. Selon l’avocat, Solimane M. suit un traitement thérapeutique depuis 3 ans et a changé son comportement du tout au tout.

Jugement le 18 novembre.