REPORTAGE

La Ferme des Enfants, petit trésor de nature à Liège

Dans le quartier Sainte-walburge, à Liège, les enfants côtoient régulièrement Bibine la truie, Breugel l’âne et tous les autres. À quelques encablures du centre-ville, la Ferme des Enfants constitue un véritable écrin de verdure et de nature.

On ne devine pas, en passant devant le n°48 de la Vielle Voie de Tongres, à quelques dizaines mètres de la rue Sainte-Walburge et de l’échangeur autoroutier de Vottem, qu’une véritable ferme se cache derrière la porte. Une vaste zone agricole s’y trouve en effet, abritant moutons, lapins, poules, canards, chèvres, truie, poney, âne, sans oublier la panoplie d’espèces végétales et tous les autres ingrédients de la ferme.

La Ferme des Enfants accueille tout au long de l’année des jeunes. Il s’agit régulièrement d’écoles, notamment ceux de l’école Justin Bloom, avec laquelle un partenariat a été instauré l’an dernier. Les enfants se rendent mensuellement à la ferme d’animation, par tranches d’âges. Nous y avons accompagné les 5-8 ans en ce mois d’octobre, à l'occasion d'une matinée consacrée à l'approche des animaux.

Une ferme, mais pédagogique avant tout

«Les élèves, les enseignants, les parents: tout le monde est ravi de ce partenariat», se félicite Fabiola Napoleane, institutrice dans l’école du quartier. «Cela représente clairement un plus au niveau de ce qu’on peut offrir aux élèves. On prépare la visite en classe, on y revient après. On peut voir l’évolution tout au long de l’année, observer la nature, apprendre le contact avec les animaux, le vocabulaire, etc. Vraiment, c'est un plus pour le projet pédagogique de l'école.»

C’est que chaque acte posé à la Ferme des Enfants s’appuie sur une réflexion pédagogique. Les jeunes élèves ne s’y rendent pas comme à une longue récréation. «Par exemple, nous les sensibilisons au toucher, en leur faisant dessiner sur un ballon de baudruche l’animal qu’ils aiment le plus et celui dont ils ont peur», explique Christine Mélon, animatrice-coordinatrice de la Ferme des Enfants. «Cela leur permet de s’exprimer, d’échanger avec les autres, de relativiser leur peur, d’entendre celle des autres.»

Les légumes, les arbres, la fabrication du pain, le travail de la laine, le cycle du lait, la préservation de la nature, l’alimentation saine, le contact avec les animaux, l’entraide, le respect: bien des thèmes sont abordés dans cette enceinte verte du quartier Sainte-Walburge. L’observation de l’évolution de la nature y est très importante. Elle permet aux enfants de voir, sentir, toucher ou encore goûter au fil des saisons.

La quiétude à deux pas du centre-ville

«Les groupes scolaires ne sont pas du tout les seuls à venir», ajoute Christine Mélon. «Nous avons des anniversaires pratiquement tous les mercredis et week-ends, les stages durant les vacances scolaires, divers ateliers, depuis quelque temps les dimanches en famille, etc. Il y a toujours de l’animation.»

Il serait dommage à vrai dire de priver le public de ce bel endroit, dont le bâtiment a toujours été une ferme depuis le XVIIe siècle. C’est en 1987 que la Ferme des Enfants a été créée, mais il a fallu attendre 1994 pour que des activités à destination des enfants y soient organisées. «La réaction des gens qui viennent ici est souvent la même: ils sont surpris par l’étendue des lieux et par le calme qui y règne. On oublie qu’on se trouve en ville», ajoute l’animatrice-coordinatrice des lieux, qui travaille décidément dans un endroit bien agréable.

Toutes les informations concernant la Ferme des Enfants se trouvent sur www.lafermedesenfants.be.