POLITIQUE

Le PS lance sa campagne de dénigrement du « gouvernement MR-N-VA »

Publicités, site web, utilisation des réseaux sociaux: le parti socialiste lance une violente campagne contre le gouvernement Michel. Du jamais vu dans l’histoire politique belge.

Là, le parti socialiste a sorti la grosse artillerie et tire à vue sur «le gouvernement MR/N-VA» (les autres partis de la coalition suédoise n’existent déjà plus pour le PS…).

Ce matin, dans le journal Metro et les journaux du groupe Sud Presse, le Boulevard de l’Empereur s’est offert une quasi pleine page pour lancer une «campagne de mobilisation ». Une pub totalement anonyme puisqu’aucune référence n’est faite au parti d’Elio Di Rupo.

Mais ce matin, le PS a laissé tomber le masque en envoyant un communiqué dans les rédactions pour, dit le parti, «dénoncer, informer et mobiliser les citoyens» sur des «mesures d’une brutalité sans précédent contre le pouvoir d’achat».

Dans le même temps, les journalistes politiques ont reçu une vraie paire de ciseaux jaune et bleue avec un carton appelant à la mobilisation contre «un gouvernement MR-N-VA» qui «coupe dans votre portefeuille».

La campagne est dure. Simpliste et populiste aussi, diront certains.

Car là où le PS dit vouloir cibler la volonté du gouvernement Michel concernant l’indexation des salaires, la campagne de communication socialiste parle de «suppression de l’indexation des salaires». Inexact évidemment puisque c’est bien un saut d’index qui est évoqué par le gouvernement fédéral.

Le site web construit pour les besoins de la campagne – www.injuste.be – propose des vidéos tout aussi simplistes pour dénoncer à nouveau le saut d’index.

Comme par exemple une séquence où un homme en costume-cravate (jaune et bleue évidemment) arrache un morceau de sandwich à une jeune fille tout en lui disant: «c’est pour le gouvernement MR-N-VA». Priceless…

Le PS appelle à la manifestation

La campagne se poursuivra sur le web et les réseaux sociaux. Le PS appelant à diffuser largement ses vidéos.

Au parti socialiste, on explique que cette campagne a été montée entièrement avec des moyens maison. «Pour un montant raisonnable» mais que le parti refuse de communiquer.

Cette campagne était prévue depuis un moment, mais les socialistes expliquent avoir attendu que les informations sur les intentions du gouvernement Michel soient confirmées.

Enfin, le PS assure qu’aucune concertation n’a eu lieu avec le syndicat FGTB. Même si la campagne du parti d’Elio Di Rupo invite clairement à participer à la manifestation du front commun syndical du 6 novembre prochain.

Cette offensive par publicité, web et réseaux sociaux est en tout cas du jamais vu dans l’histoire politique belge. Et elle ne risque évidemment pas de ramener la sérénité dans les débats entre majorité et opposition.