STANDARD

Luzon n’avait jamais convaincu

Luzon n’avait jamais convaincu

Guy Luzon n’a pas résisté au mauvais bilan (12 sur 33). Mais il ne quittera pas la galaxie Duchâtelet… BELGA

Vice-champion de Belgique la saison passée, l’entraîneur israélien a eu du mal à se faire accepter. Il va rester dans la galaxie Duchâtelet…

Contesté dès sa présentation, fin mai 2013, Guy Luzon n’a jamais réellement convaincu à la tête du Standard. Son show permanent sur la touche a amusé, au début; agacé, à la fin. Sur le plan du jeu, le jeune technicien (39 ans) s’est appuyé sur les bases posées par Mircea Rednic, un 4-4-2 avec deux lignes, défensive et médiane, compactes, ainsi que deux flèches, Batshuayi et Ezekiel, pour faire la différence. Le début de saison réussi, d’un point de vue mathématique, en championnat (27 sur 27) et via la qualification pour la phase des poules de la Ligue Europa, avait évacué quelques doutes, mais pas totalement rassuré au niveau de la production.

Le sévère échec en Ligue Europa (1 sur 18), et un coup de moins bien en Pro League, avaient ravivé les questions autour d’un entraîneur à la communication minimaliste, toujours accompagné de son adjoint et traducteur, David Martane, lui aussi remercié. Deux matches (contre Genk, 3-1; puis Anderlecht, 1-1), en fin d’année, avaient laissé l’impression d’un changement de cap… confirmé par un début d’année 2014 réussi.

À la mi-février, le Standard comptait ainsi dix points d’avance sur la concurrence, et à l’aube des play-off, Guy Luzon était prolongé de deux ans. Le succès (1-0) contre Anderlecht, lors de la première journée des P-O 1, renforçait d’ailleurs la position de favori des Rouches… qui allaient finir par s’écrouler. La gestion de Guy Luzon (maintien de Batshuayi alors qu’il n’était plus dans le coup; soucis défensifs) était à nouveau remise en question, et elle fut plus contestée que jamais en ce début de saison.

Quelle fonction dans la galaxie Duchâtelet?

À l’exception de la qualification contre le Panathinaikos (0-0; 1-2), au troisième tour préliminaire de la Ligue des champions, l’entraîneur israélien n’a jamais su trouver la bonne équipe, ni le bon système, pour compenser les nombreux départs. Mais s’il a sa part de responsabilité, il faut laisser à Luzon qu’il a dû composer avec un noyau constitué tardivement, et avec des joueurs dont on ne sait pas, pour certains, quel est leur réel niveau.

Après avoir pris congé de ses joueurs en matinée, Luzon a profité du communiqué publié par le Standard, en fin de journée, pour remercier son staff, «ma main droite tout au long de mon passage au Standard» ainsi que les joueurs «qui se sont donnés cœur et âme chaque minute lors de chacune de nos batailles», mais aussi les supporters, preuve qu’il n’est pas rancunier… Enfin, il a tenu à remercier Roland Duchâtelet, «qui a cru en moi».

Si Luzon quitte le Standard, «un club fantastique», il ne quitte pas pour autant la galaxie Duchâtelet puisqu’il « restera actif au sein du réseau de clubs partenaires (Charlton, Alcorcon, Ujpest, Carl-Zeiss Jena, St-Trond)», a fait savoir le club liégeois. Il n’a pas été précisé dans quelles fonctions, mais il convient de se demander si le président conserve le technicien israélien pour ses compétences sportives ou pour éviter de payer un dédommagement financier à la suite de la prolongation de son contrat, en avril dernier.

Pro League

Classement
# MJ V D N B P
1 FC Bruges 10 8 0 2 26/3 26
2 Standard 11 7 2 2 24/9 23
3 La Gantoise 10 6 2 2 22/12 20
4 FC Malines 11 6 3 2 19/17 20
5 Antwerp 10 5 3 2 20/14 17
6 RC Genk 10 5 4 1 15/12 16
7 Zulte-Waregem 11 4 3 4 18/14 16
8 Mouscron 11 4 3 4 14/13 16
9 Charleroi 10 4 3 3 16/13 15
10 Courtrai 11 4 5 2 20/17 14
11 Anderlecht 11 3 5 3 12/13 12
12 Ostende 11 3 6 2 15/23 11
13 St-Trond 10 3 5 2 9/19 11
14 Eupen 11 2 6 3 9/24 9
15 Waasland-B. 11 1 6 4 8/22 7
16 Cercle Bruges 11 1 10 0 8/30 3