ELECTRICITÉ

Les tarifs de distribution vont augmenter

Les tarifs de distribution vont augmenter

Les dossiers électriques ont été nombreuxen 2013 en Région wallonne. BELGA

Certificats verts, tarification progressive, coût de distribution : la Cwape fait le point sur tous les dossiers… électriques.

C’est aujourd’hui que Francis Ghigny, président de la Cwape (régulateur électrique wallon) présentera son rapport 2013 devant la commission Energie du Parlement wallon.

Une année riche en événements qui a vu, notamment, le décret électricité voté au Parlement wallon.

Mais 3 autres gros dossiers ont également mobilisé la Cwape.

1. Les certificats verts: de 15 à 10 ans, on n’avait pas vraiment le choix

Depuis 2009, explique Ghigny, la Cwape avait plaidé pour une réduction du soutien au photovoltaïque. La réduction du nombre d’années d’octroi (de 15 à 10 ans), ce n’était pas son idée. Mais La Cwape a cependant rendu un avis positif… pour autant que le Conseil d’État avalise la décision du gouvernement. C’est désormais le cas. Et ce n’est pas cela, dit Francis Ghigny, qui va empêcher les propriétaires de panneaux photovoltaïques d’attendre la rentabilité promise de 7%.

«Si le gouvernement n’avait pas fait cela, ça aurait coûté bien plus cher» dit le boss de la Cwape.

2. Tarif d’injection: de 200 à 500 euros par an par ménage

Y avait-il une autre solution que de se lancer dans une mesure rétroactive qui risquait d’engendrer une révolte (et c’est le cas puisque des recours sont en marche)?

Oui, dit Ghigny: la tarification d’utilisation du réseau pour tous les clients «photovoltaïques». Mais cela ne compenserait pas le coût des certificats verts malgré tout.

À propos de cette tarification spécifique, la Cwape se réjouit qu’elle ait été postposée au 1er janvier 2017 par le gouvernement: ça permettra de faire cela à tête reposée et pas dans l’urgence, comme ce fut souvent le cas par le passé.

Elle devrait coûter entre 200 et 500 euros par ménage et par an, en fonction de la puissance de l’installation photovoltaïque.

3. Tarification progressive: une allocation de 100 euros pour tous

Elle aussi a été reportée à 2017. Et c’est très bien ainsi, insiste Francis Ghigny. Car, emmanchée comme elle l’était (500kw/h gratuits pour tous et une progressivité du prix de l’électricité après 3 500 kW/h de consommation) était inapplicable. Jean-Marc Nollet, le ministre de l’Energie de l’époque (2013) avait annoncé fièrement que 65% des Wallons paieraient ainsi moins cher l’électricité.

Le gouvernement wallon actuel a écouté la Cwape et a donc postposé le principe. Mais il est aussi censé redemander un avis à la Cwape sur le sujet. Celle-ci n’a toujours rien vu venir.

Cela dit, elle avait déjà rendu un avis qui reste d’actualité: pour elle, le plus facile serait de donner une allocation annuelle à tous les clients électriques et d’augmenter le prix du kw/h de 10%. Jusqu’à une consommation de 5 000 kWh par an, l’opération serait blanche pour le client. Au-delà, chaque kw/h consommé en plus coûterait donc 10% de plus. la simplicité même ajoute Ghigny.

4. Distribution: vers une augmentation

Depuis le 1er juillet 2014, la Cwape a hérité d’une nouvelle compétence découlant de la -e réforme de l’État: c’est elle qui est désormais chargée de réguler les tarifs de distribution de l’électricité. Une compétence à 1 milliard d’euros tout de même.

Concrètement, les différents gestionnaires de réseau wallons doivent soumettre des propositions de prix à la Cwape. Qui leur demande ensuite d’adapter ou pas leur proposition en fonction du marché.

En septembre dernier, tous les gestionnaires ont rendu leur copie. le verdict de la Cwape tombera en décembre. Et selon le patron de l’institution, on se dirige vers une légère augmentation du coût de distribution… et donc de la facture électrique en général. Un accroissement dû au fait que les coûts de distribution sont gelés depuis 2008 et qu’il y a donc un effet «rattrapage» inéluctable.