Massacre dans l’est du Congo : 80 civils tués à l’arme blanche

RDC Véronique a survécu vendredi à un massacre commis par des rebelles ougandais dans l’est de la République démocratique du Congo.

Pourchassés depuis des mois par l’armée congolaise, les combattants ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) ont profité d’un relâchement de l’offensive gouvernementale pour semer la terreur dans le nord de la province du Nord-Kivu.

En moins de deux semaines, ils ont tué environ 80 civils à l’arme blanche. Leur dernier massacre, vendredi soir, a fait 24 morts à Eringeti, une bourgade agricole de 2000 habitants à la frontière avec la Province-Orientale.

Véronique a raconté comment tombaient les victimes – hommes, femmes, enfants et nourrisson – sous les coups des haches et des machettes. Cette mère de deux enfants a vu l’un d’eux, âgé de deux ans, être décapité sous ses yeux. Les rebelles de l’ADF sont restés au moins deux heures et demie dans le faubourg de la ville, sans être inquiétés.

La compagnie affectée à la garde de l’état-major local, à un kilomètre de là, n’a pas bougé et un petit groupe de soldats, alertés par quelques coups de feux tirés au début de l’attaque, aurait même fait demi-tour, selon ces sources.