Des contrats à revoir

L’allongement futur des carrières pose problème aux assureurs et bénéficiaires. EdA - Jacques Duchateau

Les contrats d’assurance-vie ou assurance groupe actuelsse fondent sur une retraite à 65 ans. Révision au cas par cas.

L

e relèvement par le nouveau gouvernement fédéral de l’âge de la pension, de 65 à 67 ans, va inciter chaque assureur à analyser la situation avec ses clients, a expliqué lundi le porte-parole d’Assuralia, Wauthier Robyns, à l’agence Belga.

Les contrats d’assurance-vie ou d’assurance groupe sont actuellement fondés sur une retraite à 65 ans. Modifier unilatéralement les données de ces contrats n’est pas possible, chaque assureur pour ses clients et chaque employeur pour son personnel disposant d’une assurance groupe va donc devoir analyser la situation et prendre une décision, précise M. Robyns.

L’âge de la retraite ayant été relevé, il y aura moins de paiements d’assurance-vie, mais davantage en ce qui concerne les assurances décès, prévoit-il.

Incapacité de travail plus probable

Fédérale Assurance confirme le propos de sa fédération professionnelle. «Nous examinons l’impact de l’allongement des carrières sur nos produits de pension. Nous souhaitons des clarifications rapides de la part du nouveau gouvernement», souligne Philippe Engelen, Marketing Manager Life chez Fédérale Assurance.

L’assureur estime notamment qu’un allongement à 67 ans aura «un coût certain». «La probabilité d’une incapacité de travail est plus forte au-delà de 65 ans qu’à 60, par exemple. Il nous paraît dès lors nécessaire que la législation soit adaptée le plus rapidement possible, tant pour la réglementation sur les pensions légales que sur les pensions complémentaires», conclut M. Engelen.