Grève sauvage à Charleroi-Sud: le trafic reprend mais encore des perturbations

Grève sauvage à Charleroi-Sud: le trafic reprend mais encore des perturbations

Ce lundi, des conducteurs de train ont entamé une grève sauvage, vers 3H15, à la gare de Charleroi-Sud. BELGA

MISE A JOUR 11H50| La grève des conducteurs de trains de la SNCB a toujours des conséquences sur le trafic au départ de Charleroi, indique-t-on de source syndicale. En fin de matinée, deux trains sur trois circulaient.

Ce lundi, des conducteurs de train ont entamé une grève sauvage, vers 3H15, à la gare de Charleroi-Sud. Ils sont ensuite descendus vers 6H30 sur les voies, bloquant tout le trafic transitant par cette gare, ont signalé la SNCB et Infrabel.

Ces actions ont eu de fortes répercussions à l'heure de pointe, deux trains sur trois ne circulant plus au départ de Charleroi.

Vers 7H35, cette occupation des voies a cessé mais tout le trafic n'est pourtant pas revenu à la normale, précise la CGSP.

Un train sur trois ne démarrait pas en fin de matinée au départ de Charleroi, mais on risque fort d'en revenir à l'arrêt de deux trains sur trois à l'heure de pointe, dit-on encore à la CGSP.

Soixante trains supprimés lundi matin

La grève menée lundi matin a provoqué la suppression de 60 trains, a indiqué Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. Au total, 60% des conducteurs ont débrayé.

Des perturbations étaient toujours signalées lundi midi, principalement sur la ligne 124 entre Charleroi et Bruxelles, ainsi que dans une moindre mesure sur la dorsale wallonne pour laquelle des navettes de bus ont été mises en place entre Nivelles et Charleroi "afin de réduire les désagréments pour les voyageurs".

Pas d'action de solidarité du côté des TEC

D'autre part, la TEC Charleroi n'a pas mené d'arrêt de travail de solidarité, et le trafic des transports en commun n'a connu aucun problème lundi.

Il y a bien eu une demande de véhicules pour assurer des navettes de la part de la SNCB, mais la TEC ne disposait pas de bus de réserve disponible à ce moment, et n'a donc pas pu y répondre, indique-on à la direction commerciale de la TEC.

La SNCB condamne cette grève sauvage

La SNCB souligne qu'elle aurait aimé que les syndicats et le personnel "privilégient le dialogue social s'il y a un problème dont il faut discuter, comme cela est normalement prévu, plutôt que les grèves sauvages".

La SNCB "condamne fortement cette grève sauvage" et invite les navetteurs à consulter son site internet et ses applications mobiles, où ils pourront trouver des informations sur les trains annulés et les lignes touchées par ce mouvement.

La ministre Galant veut débuter les concertations sociales


La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant regrette la grève qui a éclaté lundi au sein des conducteurs de train de Charleroi-Sud.

"Cela a pris au dépourvu des centaines de navetteurs", souligne-t-elle dans un communiqué. Elle va fixer rendez-vous aux organisations syndicales cette semaine afin de commencer les concertations sociales. "Nous avons tous notre part de responsabilités pour assurer un service aux usagers qui font confiance à la SNCB", indique encore Jacqueline Galant.