EURO 2016

Le match Serbie-Albanie interrompu à cause d’incidents

Un drapeau albanais qui fait son incursion au stade à l’aide d’un drone, des bousculades aux relents communautaires: c’est d’une triste manière que le match Serbie-Albanie a dû être interrompu ce mardi.

Le match de qualification pour l'Euro-2016 (Groupe I) entre la Serbie et l'Albanie a été définitivement arrêté après des incidents qui se sont produits à quelques minutes de la fin de la première mi-temps, mardi à Belgrade, alors que le score était de 0 à 0.

Les incidents ont éclaté lorsqu'un drone sur lequel était accroché un drapeau albanais a survolé le stade où le match était joué devant plus de 20000 spectateurs parmi lesquels le président de la Serbie Tomislav Nikolic. Cet événement a provoqué une explosion de mécontentement des supporteurs serbes dont certains ont lancé des fumigènes sur la pelouse et d'autres objets.

Certains d'entre eux ont fait irruption sur le terrain et ont tenté de s'en prendre aux joueurs albanais. Une bousculade généralisée entre les joueurs serbes et albanais est survenue après qu'un des joueurs serbes eut attrapé le drapeau albanais. Le match a ensuite été interrompu à la 41e minute.

Dans un contexte particulier

Le drapeau qui a déclenché les incidents représentait une carte de la "Grande Albanie", un projet nationaliste dont le but serait de réunir au sein d'un même État les communautés albanaises d'Albanie, du Kosovo, du Monténégro, de Macédoine, de la Grèce et du sud de la Serbie.

Cet incident est intervenu à quelques jours d'une visite officielle du Premier ministre albanais Edi Rama à Belgrade, la première en près de 70 ans. Dans la soirée, Tirana a déclaré suivre avec inquiétude les événements à Belgrade et avoir contacté des hauts responsables du ministère serbe de l'Intérieur pour lui transmettre un message du ministre de l'Intérieur albanais, Saimir Tahiri.

Le frère du Premier ministre albanais dément

Olsi Rama, le frère du Premier ministre albanais Edi Rama, soupçonné d'être à l'origine de l'incident ayant entrainé l'arrêt définitif du match, est rentré à Tirana et a démenti avoir être lié de quelle que manière que ce soit avec cet événement.

"Je n'ai rien à faire avec le drone (...) je ne comprends pas d'où cette histoire est sortie", a déclaré Olsi Rama à son arrivée dans la capitale albanaise.

Selon la télévision d'État serbe, les autorités à Belgrade soupçonnent Olsi Rama d'avoir organisé l'incident et télécommandé le drone. En revanche, la police s'est bornée jusqu'à présent à préciser qu'une enquête était en cours.

"C'est une spéculation des médias, je n'ai été ni arrêté, ni interpellé. Lorsque l'incident s'est produit la situation est devenue chaotique, les policiers contrôlaient tout le monde. Je leur ai montré mon passeport américain et ma caméra. Cela a duré que quelque minutes", a déclaré M. Rama qui est arrivé à Tirana mercredi matin avec la délégation de l'équipe nationale albanaise.

Pas de supporters albanais dans le stade

"Le gouvernement serbe assume la responsabilité pour la sécurité, la vie et la santé des footballeurs et de la délégation albanaise" présents dans le stade, est-il écrit dans ce message. A Pristina, capitale du Kosovo, près de 5000 albanais kosovars qui suivaient le match devant un écran géant dans le centre de la ville se sont réjouis de l'interruption du match en scandant "Grande Albanie" et "victoire".La Fédération serbe de football (FSS) avait décidé dimanche de faire disputer le match Serbie-Albanie sans la présence de supporteurs visiteurs.

L'Albanie et la Serbie entretiennent des relations délicates. Le Kosovo, ex-province serbe peuplée en majorité d'Albanais, a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008. Outre les deux pays, le Groupe I des qualifications à l'Euro-2016 réunit, le Portugal, le Danemark, l'Arménie et la France, pays hôte de l'Euro 2016 et dont les résultats au sein de ce groupe ne sont pas pris en compte.

Outre les deux pays, le Groupe I des qualifications à l’Euro-2016 réunit, le Portugal, le Danemark, l’Arménie et la France, pays hôte de l’Euro 2016 et dont les résultats au sein de ce groupe ne sont pas pris en compte.