BELGIQUE

Gouvernement Michel, acte 1: le «V» de la N-VA, du vin et du chocolat

Le président du MR Charles Michel et son équipe gouvernementale (N-VA, MR, CD&V et Open Vld) ont prêté serment devant le roi Philippe. Et déjà, la N-VA s'est fait remarquer. Plus tard, Charles Michel retrouvait Elio Di Rupo pour la passation de pouvoir. Au menu: du vin et du chocolat, entre autres.

Les quatorze ministres et quatre secrétaires d’État du nouveau gouvernement ont tous juré «fidélité au Roi, obéissance à la Constitution et aux lois du peuple belge». Et déjà, la N-VA a réussi à se faire remarquer. Ses représentants dans l'équipe Michel ont en effet prêté serment en brandissant le fameux «V» qui leur sert de symbole depuis les élections. Une lettre qui représente la victoire, mais aussi la Flandre («Vlaanderen») et un slogan du parti indépendantiste (lire ci-dessous).

Michel a été le premier à énoncer la formule, dans les trois langues nationales, suivi de ses vice-Premiers ministres Kris Peeters (CD&V, Emploi, Economie, Consommateurs), Jan Jambon (N-VA, Intérieur, Grandes Villes, Régie des bâtiments), Alexander De Croo (Open Vld, Telecoms, Poste, Coopération au développement, Agenda numérique) et Didier Reynders (MR, Affaires étrangères et européennes, Beliris, Institutions culturelles).

+ LIRE AUSSI | Le portrait des nouveaux ministres
+ LIRE AUSSI | Le MR perd trois cadors wallons

MM Peeters, De Croo et Reynders ont prêté serment en néerlandais et en français, M. Jambon en néerlandais seulement.

Les autres ministres ont suivi, dans l’une ou les deux langues: les deux N-VA Johan Van Overtveldt (Finances) et Steven Vandeput (Défense et Fonction publique), les cinq MR Willy Borsus (Classes moyennes), Hervé Jamar (Budget, Loterie nationale), Marie-Christine Marghem (Energie), Jacqueline Galant (Mobilité et SNCB) et Daniel Bacquelaine (Pensions), le CD&V Koen Geens (Justice) et l’Open Vld Maggie De Block (Affaires sociales et Santé).

Les quatre secrétaires d’État ont fait de même: les deux N-VA Theo Francken (Asile et Migrations) et Elke Sleurs (Lutte contre la fraude fiscale, Lutte contre la pauvreté, Egalité des chances, Politique scientifique), le CD&V Pieter De Crem (Commerce extérieur) et l’Open Vld Bart Tommelein (Lutte contre la fraude sociale, Protection de la vie privée).

Peu auparavant, le Roi avait reçu en audience Charles Michel et accepté la démission du gouvernement d’affaires courantes d’Elio Di Rupo.
 


 

Le «V» de la N-VA


Outre le Premier ministre Charles Michel qui a prêté serment dans les trois langues nationales, seuls cinq autres membres du gouvernement l'ont fait en néerlandais et en français: les vice-Premiers ministres Kris Peeters (CD&V), Alexander De Croo (Open Vld) et Didier Reynders (MR) ainsi que les ministres Koen Geens (CD&V) et Marie-Christine Marghem (MR, composante MCC).

Tous les autres ministres et secrétaires d'État ont prêté serment dans la langue de leur seule communauté linguistique, à commencer par le vice-Premier N-VA Jan Jambon. Plusieurs membres de la N-VA ont en outre prêté serment en dressant les seuls index et majeur, dans un "V" qui n'a pas manqué de rappeler celui qui a symbolisé la campagne électorale du parti nationaliste (pour "verandering voor vooruitgang", le changement pour le progrès).


A l'issue de la prestation de serment, le roi Philippe a adressé une brève allocution au gouvernement autour d'un verre de pétillant, à l'abri des caméras, avant la traditionnelle photo gouvernementale.

 

Du vin et une carte magnétique

Le Premier ministre démissionnaire Elio Di Rupo a remis samedi midi les clés du 16 rue de la Loi à son successeur Charles Michel, lui souhaitant "bon courage" dans ses nouvelles tâches et "bon vent" pour sa nouvelle fonction.

"Nous avons fait le maximum pour que la passation de pouvoirs se fasse dans les meilleures conditions", a affirmé le président du PS au président du MR.

En plus de la carte magnétique donnant accès à la chancellerie du Premier ministre, il lui a offert une bouteille de grand vin de Montepulciano d'Abruzzo, un vignoble des Abruzzes, la région d'Italie dont sont originaires les parents de Di Rupo.

"Mériter cette fonction"

Michel a remercié le Premier ministre sortant pour la manière dont cette passation de pouvoirs se déroulait, le félicitant au passage pour le "dynamisme" et la "motivation" dont l'ancien chef d'équipe gouvernementale a fait preuve, dans un exécutif où les partis des deux hommes étaient associés. "Je ferai de mon mieux pour mériter cette fonction", a ajouté le nouveau Premier ministre, remettant à son prédécesseur une boîte de chocolats belges et un livre d'art de l'architecte portugais Alvaro Siza.

La cordialité du moment tranchait avec les propos des derniers jours. Elio Di Rupo avait en effet estimé jeudi que M. Michel n'aura "pas le statut de Premier ministre de la Belgique tout entière" parce que son poste est compté sur le quota des ministres francophones. Le MR avait qualifié cette attaque de populiste et susceptible de diviser les Belges.