TECHNOLOGIE

Trois écrans dans une salle de cinéma

Trois écrans dans une salle de cinéma

Le groupe Kinepolis a parié sur la technologie Barco escape, et l’a installée dans 2 salles.

Barco Escape et ça pourrait révolutionner le cinéma. En plus de l’écran en face de vous, deux écrans latéraux vous en mettent plein la vue.

Le cinéma proposait déjà le son en «surround», qui faisait passer le son d’une oreille à l’autre. Puis cette technologie s’est invitée à la maison avec les home cinémas.

La 3D devait être une invention révolutionnaire, mais Hollywood ne l’a finalement utilisée que pour des films à grand spectacle… et la télévision s’est emparée de cette technologie pour sa nouvelle génération d’écrans. Restait l’ultra-haute définition, le 4K: une image super qualitative. Elle aussi existe maintenant sur les téléviseurs.

+ EN IMAGES | Au cimetière des cinémas bruxellois

Mais cette fois, avec Barco Escape, le cinéma a de nouveau une longueur d’avance. Le groupe Kinepolis l’a adoptée à Anvers, et dès mercredi prochain à Bruxelles, dans la salle 8.

«Le Labyrinthe»: 10’ de test au sein d’un film

Le problème des nouvelles technologies, c’est qu’elles n’ont pas encore de contenu à offrir Dans le cas de Barco escape, 10 minutes d’un vrai film: Le labyrinthe, sont disponibles en «immersion visuelle», comme l’explique Bob Claeys, research & development director de Kinepolis. «Quand la 20th Century fox a découvert le Barco escape, le tournage de Le labyrinthe était fini. Ils se sont dit que ce film aurait été idéal pour tourner avec cette technologie… Et ils ont décidé de recréer quelques passages du film où l’action se déroule sur les écrans supplémentaires.» Aux États-Unis, cinq salles Escape accueillent cette version du film.

Ainsi, quand les acteurs sont dans le labyrinthe, on voit sur les écrans latéraux du contenu unique, une continuation de ce qu’on voit sur le grand écran… «Il y a aussi une utilisation pour une scène de rêve.», précise le directeur de la recherche.

Installer 3 écrans et trois projecteurs pour 10 minutes, c’est un pari. Bob Claeys pense déjà aux marchés publicitaires: «On pourrait avoir des choses très spectaculaires, avec Red Bull, par exemple. » Il pense aussi à l’application business to business et aux événements multimédias que pourrait accueillir le groupe Kinepolis.

Et enfin, il annonce déjà un nouveau contenu pour le début 2015. «Le concert de Lady Gaga et Tony Bennett à Bruxelles a été filmé avec les nouvelles caméras conçues pour ce format. »

Un nouveau langage cinématographique?

Le cinéma n’a peut-être pas encore fini d’évoluer. Avec les trois écrans côte à côte, on pense à la technologie du split screen (écran éclaté), que l’on retrouve dans 24 heures chrono. Mais on pourrait trouver des voies moins évidentes. «Des réalisateurs peuvent s’emparer de la technologie et trouver de nouvelles façons de raconter une histoire», dit Bob Claeys. On pourrait imaginer de voir sur un écran ce que le personnage pense, et sur l’autre ce qu’il vit, voir le dialogue entre deux personnages en gros plan, une personne par écran… «Dans les démos, on a une histoire où toutes les images sont différentes. Du coup, il n’est pas possible de regarder tout en même temps, comme dans la réalité. »

Reste à voir si cette technologie deviendra incontournable, ou si elle restera un gadget.