article abonné offert

BASTOGNE

Si l’État n’investit pas, ce sera la cata

Si l’État n’investit pas, ce sera la cata

Pour Colette Golinvaux, ne plus investir c’est créer de la pauvreté. EdA

Le secteur de la construction est anxieux au vu des projets politiques. La présidente de la CNC Colette Golinvaux craint pour l’avenir.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 76 des 507 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?