Les clés de Charles : à Françoise, Anne ou... Amélie ?

Petites questions… Vous savez quelle est la pointure de Charles Michel? Vous savez où il s’habille, Charles Michel? Vous savez ce qu’il aime manger, Charles Michel?

Non, vraiment? Nous non plus. Pourtant dans les colonnes de journaux concurrents, vous trouverez toutes les réponses à ces questions.

Où allons-nous nous arrêter? J’utilise bien «nous», le pronom personnel de la première personne du pluriel qui représente un groupe auquel celui qui parle appartient. Et ce groupe auquel, j’appartiens, c’est celui des médias car oui, nous ne sommes pas à l’abri d’un écart. En général, ce n’est pas le genre de la maison L’Avenir.

Hier, un collègue de Tournai m’appelle pour voir si on ne fait pas quelque chose, un petit papier quoi, sur la compagne de Charles Michel. Il apparaît en effet que la concurrence s’est intéressée à la jeune dame, une certaine Amélie de 31 ans, originaire de la Cité des cinq clochers.

Je réponds à mon collègue que, non, on ne va rien faire… Non, pas par fainéantise, mais juste parce qu’on a déjà du Charles Michel quasiment à toutes les pages. Et puis, certains lecteurs nous l’ont confirmé, on frôle l’overdose. Encore aujourd’hui, nous vous proposons le parcours de Charles Michel «ado» au travers des yeux de sa maman (page 6). Sympa, mais voilà, après, juré promis, on lui fout la paix. D’ailleurs, l’homme s’est toujours gardé de dévoiler sa vie privée dans les journaux. Bien au contraire, et c’est respectable.

La donne a cependant changé pour le nouveau Premier ministre. On lui aurait d’ailleurs conseillé de lever le voile sur une partie de sa vie privée. La pression médiatique s’est mise en marche, les comptes Facebook ont été fouillés et Amélie est apparue. Contre sa volonté, avec sa bénédiction? Peu importe. De notre côté, on préfère qu’il nous dise à quelle dame il va confier les clés de sa Ville de Wavre: à Françoise (Pigeolet) ou à Anne (Masson)?