RALLYE WRC -

Thierry Neuville, 10e samedi : « De la pluie dimanche? Tant mieux! »

Thierry Neuville, 10e samedi : « De la pluie dimanche? Tant mieux! »

Le duo Neuville-Gilsoul se trouve très loin du podium en France. AFP

Après les Vosges visitées hier vendredi, le rallye de France s’est dirigé vers le sud de Strasbourg (Colmar et Mulhouse), passant du Bas Rhin au Haut Rhin (qui est en… dessous), ce samedi, mais si directions et décors ont quelque peu changé, le scénario est hélas resté le même pour Thierry Neuville (Hyundai), toujours en proie à des soucis de sous-virage et donc de confiance durant la journée. Surtout en matinée.

En journée, le Finlandais Jari-Matti Latvala (VW) a consolidé sa place de devant son coéquipier norvégien Andreas Mikkelsen. Latvala, qui n’a jamais remporté d’épreuve sur asphalte, semble bien parti pour une première car derrière les deux VW, le Britannique Kris Meeke a semblé surtout vouloir protéger sa 3e. A surveiller aussi la bagarre très serrée (0,9 sec!) entre Sordo (Hyundai) et Kubica (Ford) pour la 4e spéciale. Et si l’Espagnol a plus d’expérience que l’ancien pilote F1, le terrain sera neutre avec des spéciales nouvelles.

Très loin derrière ce trio de tête, le duo Neuville-Gilsoul (Hyundai) a poursuivi le chemin de croix entamé la veille, au volant d’une auto au comportement insatisfaisant, à cause des nouveaux pneus Michelin pas encore vraiment apprivoisés.

«On l’a constaté dès vendredi (avec quelques frayeurs à la clé): malgré nos essais et notre participation à l’East Belgian Rally - mais ici c’est évidemment une compétition d’une autre dimension -, nous ne sommes pas parvenus à adapter la i20 WRC à ces nouvelles gommes malgré divers changements de réglages, regrettait le duo en fin d’étape, samedi. A mi-journée, avouons-le, on avait le moral dans les talons avec l’impression d’avoir exploré toutes les pistes et de ne pas avoir trouvé la recette. Heureusement, cela a été un peu mieux l’après-midi après une xième intervention des mécanos. Mais un peu seulement… Difficile d’avoir le sourire dans ces conditions Il nous manque 0,5/sec au km par rapport à nos principaux rivaux pour espérer quoi que ce soit.

Les autres ont trouvé le truc, mais nous, on se cherche encore un petit peu».

Fataliste, Thierry Neuville espérait néanmoins vivre une dernière étape (4ES) plus positive, ce dimanche, malgré la pluie annoncée.

«Tant mieux: il pourrait se passer des choses dans ces conditions délicates et on pourrait gagner l’une ou l’autre place, qui sait…»

Le duo belge pointait ce samedi soir à la 10e place (à 4min03.7 du leader Latvala).

Ogier veut juste «limiter la casse»

De son côté, le champion du monde Sébastien Ogier, qui a (aussi) vécu un vendredi noir (panne moteur, pénalité, amortisseur cassé), s’est remis dans le rythme avec deux meilleurs temps (»C’était la seule chose à faire, pour se rassurer, s’amuser et retrouver un peu le sourire»), mais les presque 8 minutes 30 de retard sur Latvala l’empêchaient toujours de rêver à un bon résultat final en Alsace.

Bien sûr, mathématiquement, le Français peut toujours être titré ce dimanche soir.Mais personne n’y croit. Il faudrait pour cela un abandon de Latvala (son ultime rival au championnat), une place dans les huit premiers et la victoire dans la Power Stage. Et Ogier ne rêve pas: «Vu notre retard, impossible d’atteindre un top-10 à la régulière», reconnaissait-il samedi soir. «Mais si on peut limiter la casse en prenant quelques points à la Power Stage, on finira sur une bonne note».

Le rallye se terminera ce dimanche via 4 spéciales disputées autour de Saverne de 7h30 (ES15) à 12h (ES18, Power Stage).