POLITIQUE -

Les négociateurs s’affairent encore autour du train d’atterrissage

Les négociateurs s’affairent encore autour du train d’atterrissage

Les contacts se font plus discrets depuis quelques jours entre les négociateurs. BELGA

L’heure est aux «contacts discrets» ces derniers jours en ce qui concerne la formation du gouvernement fédéral.

Ce samedi, pas plus que les jours précédents, il n’a été question de reprendre les négociations en plénière. Les contacts visent à ce que celles-ci puissent redémarrer sur base d’un maximum d’éléments de convergence en ce qui concerne la situation budgétaire et les arbitrages sur les réformes structurelles.

Le même scénario s’était déroulé il y a une semaine et les négociations s’étaient alors arrêtées mardi soir après un différend entre le CD&V et l’Open Vld sur le dossier Arco et la fiscalité. Il n’est plus question de tensions, dit-on, mais cette fois les futurs partenaires veulent s’assurer qu’il y ait un maximum de convergences en vue de la dernière ligne droite. On évoque la perspective d’une dernière réunion plénière qui pourrait s’étaler sur deux jours à partir de ce samedi soir, dimanche soir ou lundi matin. Rien n’est toutefois confirmé à ce stade et aucune réunion n’est inscrite à l’agenda.

Sauf à emprunter le rythme et le ton d’un scénario à la Bergman, la Suédoise devrait pouvoir prendre forme la semaine prochaine, le président de la N-VA Bart De Wever devant se rendre vendredi à Shanghaï en sa qualité de bourgmestre d’Anvers. Et même si certains s’interrogent sur l’opportunité d’une telle visite qui inviterait à vouloir presser les négociations pour des motifs qui lui sont étrangers, on se rend compte qu’on ne sera plus très loin d’autres échéances importantes, la rentrée parlementaire du 14 octobre suivie le lendemain de la remise aux autorités européennes du projet budgétaire pour 2015.