ROYAUME-UNI

Le père d’un otage de l’EI plaide pour sa libération depuis son lit d’hôpital

Le père du journaliste John Cantlie, retenu en otage par les jihadistes de l’organisation Etat islamique (EI), a plaidé pour sa libération ce vendredi depuis son lit d’hôpital.

«A ceux qui détiennent John, sachez s’il-vous-plaît que c’est quelqu’un de bien. Il a seulement cherché à aider le peuple syrien et je vous demande, au nom de tout ce qui est sacré, de nous aider à lui permettre de rentrer sain et sauf à la maison auprès de ceux qui l’aiment et qu’il aime», a déclaré Paul Cantlie, 81 ans, s’exprimant à l’aide d’un vibreur vocal.

Comme l’épouse d’un autre otage britannique aux mains des sunnites extrémistes, Alan Henning, le père du journaliste a lancé son message sur les chaînes d’information en continu.

Photojournaliste britannique de 43 ans, John Cantlie a été enlevé en novembre 2012 avec son confrère James Foley. Ce dernier a été décapité par les jihadistes de l’EI, comme un autre journaliste américain et un humanitaire britannique.

Après avoir disparu pendant près de deux ans, John Cantlie est réapparu le 18 septembre dernier, vêtu d’une combinaison orange, dans une vidéo de l’organisation EI dont il se dit prisonnier.

Plusieurs autres vidéos de propagande ont depuis été publiées dans lesquelles John Cantlie s’exprime seul face à la caméra pour critiquer les gouvernements américain et britannique ou les frappes aériennes de la coalition internationale.

Son père a évoqué le «grand soulagement» de la famille à la vue de la première vidéo lui offrant une preuve de vie. Mais ce sentiment s’est depuis transformé en «désespoir» et en «impuissance», selon le père du journaliste, qui dit avoir essayé d’entrer en contact avec l’EI, sans effet pour l’instant.