WRC -

Alsace : Le calvaire continue pour Neuville, qui « ne trouve pas la recette »

Alsace : Le calvaire continue pour Neuville, qui « ne trouve pas la recette »

Neuville n’est pas à l’aise avec ses nouveaux Michelins (Photo ÉdA – Arnaud BOEVER)

Thierry Neuville «ne parvient pas à exploiter les nouveaux pneus». Et son rallye d’Alsace est très compliqué après «quelques chaleurs».

Après les Vosges visitées vendredi, le rallye de France s’est dirigé vers le sud de Strasbourg, (Colmar et Mulhouse) ce samedi mais si directions et décors ont quelque peu changé, le scénario est hélas resté le même pour Thierry Neuville (Hyundai), toujours en proie à des soucis de sous-virage et donc de confiance dans les (trois) spéciales de la matinée.

Sur ces secteurs chronos, le Finlandais Jari-Matti Latvala (VW) a consolidé sa place de leader en signant les trois scratches de la matinée pour porter son avance à 14 secondes sur son coéquipier norvégien Andreas Mikkelsen. Ce dernier ne concédait que 8 secondes au départ samedi matin.

Latvala, qui n’a jamais remporté d’épreuve sur asphalte, semble bien parti pour une première car derrière les deux VW, le Britannique Kris Meeke semble surtout vouloir protéger sa troisième place (à 46 secondes) et ne prend pas de risque excessif.

«Quelques chaleurs»

Sans vraiment le vouloir, le duo Neuville-Gilsoul en prend, lui, des risques. «Visiblement malgré nos essais et notre participation à l’East Belgian Rally et malgré divers changements de réglages, nous ne parvenons pas à exploiter les nouveaux pneus (Michelin) comme il le faudrait», regrettait le duo ce samedi à mi-journée. «L’auto sous-vire. Côté moral, c’est même pire que vendredi car nous avons désormais l’impression d’avoir exploré toutes les pistes et on ne trouve pas la recette. Cela a juste été un peu mieux dans la première ES de cet après-midi. On ne comprend pas vraiment en fait. C’est rageant et cela nous oblige à rouler en deçà car il ne manquerait plus que nous nous fassions surprendre. Vendredi déjà, on s’est offert quelques chaleurs. Difficile d’avoir le sourire dans ces conditions».

Le duo pointait en début d’après-midi à la 10e place (à 3min36 du leader après la 10e ES).

Pour rappel, Sébastien Ogier, qui a (aussi) vécu un vendredi noir (panne moteur, pénalité, amortisseur cassé), s’est remis dans le rythme des meilleurs, sur le podium des trois spéciales. Mais les presque 9 minutes de retard sur Latvala l’empêchent de rêver à un bon résultat final en Alsace.

Toujours possible

Le champion du monde en titre peut toujours mathématiquement être titré dimanche soir. Il faudrait pour cela un abandon de Latvala (son ultime rival au championnat), une place dans les huit premiers et la victoire dans la Power Stage.

«Vu notre retard, il me semble impossible d’atteindre un top-10 à la régulière», a toutefois expliqué Ogier qui ne se fait donc aucune illusion et navigue au-delà de la 20e place.

La journée de ce samedi se terminera en début de soirée dans les rues de Mulhouse.