POLITIQUE -

PS et cdH au pied du mur budgétaire «pour la partie la plus pénible»

PS et cdH au pied du mur budgétaire «pour la partie la plus pénible»

On va parler économie ce week-end à Namur. (BELGA PHOTO BRUNO FAHY) BELGA

Les ministres wallons PS et cdH ont affirmé samedi matin leur volonté de préserver le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises, malgré quelque 650 millions d’euros d’économies à réaliser l’an prochain par une rigueur renforcée sur les dépenses publiques.

«Notre objectif est de revenir progressivement à l’équilibre budgétaire en 2018, mais pas question de mener une austérité qui toucherait le pouvoir d’achat et provoquerait de la casse sur l’économie», a indiqué le ministre-président Paul Magnette (PS), à son arrivée à l’Élysette où se tient le conclave budgétaire wallon tout le week-end.

«Nous comptons préserver le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises, en réduisant la voilure de nos dépenses, ne plus être dans une démarche où l’on vit au-dessus de nos moyens», a commenté Maxime Prévot, vice-président cdH.

+ LIRE AUSSI NOTRE ANALYSE | Dans le carnet à spirales de Charles

1,1 milliard à trouver

L’équilibre budgétaire dès 2015 nécessiterait de trouver environ 1,1 milliard d’euros. Un effort jugé trop important par la rouge-romaine wallonne qui, tout comme la Fédération, s’est octroyé la possibilité d’un déficit (450 millions l’an prochain) «pour éviter l’austérité», dans la perspective de l’équilibre en 2018.

Les ministres doivent donc trouver quelque 650 millions d’euros pour l’exercice 2015, sans taxes ni redevances nouvelles comme ils s’y sont engagés dans leur accord de gouvernement. «On est dans cet ordre de grandeur», a confirmé Magnette.

«La partie la plus pénible»

L’ajustement budgétaire 2014 est presque finalisé, et les différents cabinets ont déjà «bien avancé» sur l’épure de 2015. «Il reste une partie du chemin, mais comme vous le savez, c’est la plus pénible», a commenté Jean-Claude Marcourt, vice-président PS, à propos des nécessaires arbitrages entre partis.

Les ministres travailleront ce samedi ainsi que dimanche à partir de 14 heures, avec l’espoir de boucler l’exercice dimanche, mais sans s’interdire des prolongations en début de semaine prochaine.