WALLONIE

TEC : rumeurs sur une hausse des tarifs

TEC : rumeurs sur une hausse des tarifs

Une hausse des tarifs? Pas si vite, dit-on aux TEC: il faut attendre la feuille de route du gouvernement wallon. Belga

Le prix du billet dans les TEC va augmenter... C’est la rumeur inistante qui a couru vendredi. En toile de fond: le conclave budgétaire wallon.

Rumeurs insistantes, hier après-midi, sur une prochaine augmentation du prix des billets dans les TEC.

En toile de fond, évidemment, le conclave budgétaire wallon qui a démarré ce jeudi et se poursuivra tout le week-end. Et, surtout, le fait que Paul Magnette (PS), ministre-président wallon, assure qu’il n’y aura pas de nouvelles taxes et qu’on ne touchera pas au plan Marshall, malgré 1,1 milliard à trouver.

Des économies

Bref, comme nous vous l’expliquions dans nos éditions de jeudi, il va falloir économiser, et notamment dans les Organismes d’intérêts publics (OIP) ; comme, par exemple, le Forem ou... les TEC. D’où ces bruits de couloirs... sur lesquels le groupe a temporairement refermer les portes.

« Il est encore trop tôt pour dire quoi que ce soit, explique Stéphane Thiery, porte-parole. Pour l’heure, nous attendons l’issue du conclave budgétaire pour connaître les exigences du gouvernement et notre feuille de route. Nous réajusterons alors nos pistes. Nous n’avons pas attendu le gouvernement pour travailler. »

Ok. Mais parmi ces pistes de travail sur lesquelles planche le groupe TEC, y en a-t-il une qui table sur une augmentation du prix des billets... au-delà de la hausse traditionnelle liée à l’inflation? Ce ne serait pas la première fois...

Réponse, mesurée, de Stéphane Thierry: «L’augmentation habituelle a généralement lieu le 1er février. Cette augmentation est validée par le gouvernement entre juin et octobre-novembre de l’année qui précède. »

Bref, pile-poil maintenant, alors que le gouvernement wallon (PS-cdH) se voit tout le week-end avec, pour seul outil, une calculette.

D’autres leviers

Cela dit, la hausse du tarif des billets n’est pas la seule piste financière possible pour le groupe TEC. D’autres leviers habituels peuvent également être pris en compte au moment de construire le budget: l’offre proposée aux voyageurs et l’évolution du réseau (destinations, nombre de lignes, fréquences, etc), mais aussi l’organisation, en elle-même, du groupe; ou encore les frais de fonctionnement, dont le carburant.

Bref, «tant qu’on ne connaît pas l’ampleur de ce qui nous sera demandé, impossible de vous dire de quelle façon nous allons agir sur ces différents leviers.»